Obraniak

Obraniak : “Pour retrouver du rythme, il n’y a rien de mieux que les matches”

Alors que la LFP a entériné l’exercice 2019-2020 de Ligue 1, la saison du PSG n’est pas pour autant terminée. En effet, le club de la capitale pourrait disputer les deux finales de coupes nationales – Coupe de la Ligue face à l’OL et Coupe de France contre Saint-Etienne – ainsi que le final de la Ligue des champions. Des compétitions qui pourraient se dérouler en août. Concernant la C1, l’UEFA étudierait la possibilité de disputer les quarts de finale sur une confrontation avant d’organiser un Final Four à Istanbul. Sur la chaîne L’Equipe, Ludovic Obraniak estime qu’un le système de match aller / retour serait plus favorable au PSG.

“Ce qui vaut pour l’un ne vaut pas pour l’autre. Le PSG est coutumier du fait, il joue souvent un match sur deux. Il est plus facile pour le PSG de jouer deux matches. Pour l’OL quand on se rend compte des potentielles équipes en quarts de finale, on se dit que sur un match sec, c’est la seule chance qu’ils peuvent avoir.”

L’ancien Bordelais a notamment déclaré que les clubs français auraient un déficit physique sur les autres équipes européennes en cas de reprise des compétitions. “Sur la fatigue physique, je pense qu’il y a quand même un vrai danger lorsqu’on s’arrête qu’un mois. Lors de la période estivale, il faut déjà quatre semaines voire cinq semaines pour se remettre dans le rythme. J’imagine que là, nous sommes déjà à la traîne par rapport aux autres vu que ça commence à s’entraîner dans les autres pays. Oui, il y a forcément un risque, donc le fait de jouer un seul match me paraît plus raisonnable si toutefois les compétitions reprennent car pour l’instant ce n’est pas encore officiel, a déclaré Obraniak dans l’EDS. Organiser des matches amicaux ? Rien ne remplace la compétition mais pour retrouver du rythme, il n’y a rien de mieux que les matches à onze contre onze. Après, éventuellement tu peux faire un travail physique. Il faut retrouver du volume. Pour retravailler les accélérations et les changements de rythme, il n’y a rien de mieux que les oppositions.”

À propos Murvin Armoogum

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée