Bernat

Bernat : “Le PSG maudit ? Je ne suis pas superstitieux, sinon je me poserais des questions !”

Dans des extraits proposés par le site de So Foot, on avait pu lire (voir ici) que Juan Bernat, sous contrat jusqu’en 2021, voulait s’inscrire dans la durée au PSG, un club qu’il aime comme la ville de Paris. Le latéral gauche expliquait également à quel point il avait adoré l’action des ultras le 11 mars, jour de PSG/BVB dans un Parc des Princes à huis clos. Ce jeudi est sorti le magazine papier So Foot. On peut en lire plus. Son envie de reprendre par exemple.

“Là, franchement, je suis en manque d’adrénaline. La compétition me manque. Quand on va reprendre, je crois que l’on va courir 40 kilomètres par match !, déclare Juan Bernat. “La ligue des champions, c’est spécial. Quand t’es sur le terrain et que t’écoutes l’hymne, c’est comme un shoot de motivation, c’est très particulier. J’essaie toujours de donner le meilleur de moi-même, peu importe la compétition, parce que je déteste aller me coucher en ayant la sensation de ne pas être fatigué: si j’ai du mal à m’endormir, c’est que j’aurais pu en faire davantage en match. […] Une malédiction sur le PSG en coupe d’Europe ? C’est incroyable, ce qu’il nous est arrivé… Pff… On avait fait un bon match à Old Trafford, mais au retour, on a cruellement manqué de chance. On se fait éliminer sur ce penalty litigieux… Et là, quand on se qualifie pour les quarts de finale, tout s’arrête… Heureusement que je ne suis pas superstitieux, sinon je me poserais des questions ! […] Si on veut réaliser le rêve de tous les Parisiens, il faut travailler dur et garder la tête sur les épaules. Il n’y a que comme ça que l’on y arrivera. […] S’il y a eu des doutes sur moi ? Quand je suis arrivé ici, je savais très bien que ma venue n’allait pas bouleverser la vie des supporters. J’ai bien conscience de ne pas être un joueur médiatique, donc je ne m’attendais pas à ce qu’ils m’acclament. Pour être applaudi, il faut du temps et beaucoup de travail. C’est la seule façon pour qu’une relation de confiance s’installe entre un joueur et le public. Ces derniers mois, les supporters ont reconnu mon investissement, et j’en suis très content. Désormais, on m’arrête même dans la rue pour me dire des mots gentils. Ça fait toujours plaisir, ça donne envie d’en faire encore plus.

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée