L’UNFP refuse la suppression de la trêve hivernale en Ligue 1

En raison de la crise sanitaire mondiale, la saison 2020-2021 de football connaîtra de nombreux changements. Initialement prévue début août, la reprise de la Ligue 1 est programmée pour le 23 août prochain et le calendrier 2020-2021 du football français s’annonce chargé, surtout en cas d’une saison de Ligue 1 à 22 clubs (le Conseil d’État a suspendu les relégations d’Amiens et de Toulouse, en attendant le verdict définitif de la LFP fin juin). Des championnats européens qui devront se terminer vers fin mai pour laisser place à l’Euro (11 juin au 11 juillet) et la Copa America, deux compétitions reportés à l’été 2021.

Et face à ce prochain exercice inédit, la suppression de la trêve hivernale (qui a lieu de fin décembre à début janvier) était une solution envisagée par certains observateurs de football. Une idée qui ne plaît pas à l’UNFP – le syndicat des footballeurs professionnels – comme il l’a expliqué dans un communiqué. “L’UNFP s’y est également toujours opposée parce qu’une fois encore la priorité est de préserver la santé physique et morale des joueurs. Car si la trêve hivernale est une garantie sociale forte, inscrite dans la Convention Collective, qui répond à un réel besoin, c’est aussi une coupure attendue par l’ensemble des acteurs de terrain, un temps pour se reposer nécessaire, surtout quand le corps a été soumis à rude épreuve après trois mois d’arrêt suivis de pics d’activité (…) C’est pourquoi, et plus encore peut-être au cœur d’une saison aussi longue et aussi chargée, la trêve hivernale s’impose. Pour l’UNFP, elle est non-négociable, tant elle constitue une coupure salvatrice, réparatrice…”

Le communiqué de l’UNFP

Au regard du calendrier démentiel qui attend les footballeurs professionnels français lors de la prochaine saison (1), certains émettraient l’idée de supprimer la trêve hivernale, puis en profiter évidemment pour que l’exception due à la crise devienne la règle.

Les bouleversements qu’ont connus nos différents championnats et ceux que la crise de la Covid-19 pourraient faire naître demain si la raison ne finissait pas par l’emporter – il est ainsi primordial de rester au maximum à 20 clubs en Ligue 1, par exemple, si l’on veut inscrire le football professionnel français dans le sens du progrès – ne doivent pourtant pas servir de prétexte à la réécriture des règlements au mépris de la Charte du football professionnel.

Si l’UNFP peut comprendre que les clubs reviennent à la charge en mettant en avant de possibles retombées économiques, elle reste persuadée que ce n’est pas une bonne solution, qu’elle est même contre-productrice car il est avéré que les sportifs ont besoin de repos pour pouvoir donner, sur le long terme, le meilleur d’eux-mêmes et assurer le spectacle. L’UNFP s’y est également toujours opposée parce qu’une fois encore la priorité est de préserver la santé physique et morale des joueurs.

Car si la trêve hivernale est une garantie sociale forte, inscrite dans la Convention Collective, qui répond à un réel besoin, c’est aussi une coupure attendue par l’ensemble des acteurs de terrain, un temps pour se reposer nécessaire, surtout quand le corps a été soumis à rude épreuve après trois mois d’arrêt suivis de pics d’activité…

Ce n’est pas pour rien si beaucoup de pays nous envient notre trêve, si les Anglais pensent sérieusement à l’importer et à tirer un trait sur leur boxing-day, si les autres disciplines professionnelles, en France, en rêvent…

C’est pourquoi, et plus encore peut-être au cœur d’une saison aussi longue et aussi chargée, la trêve hivernale s’impose. Pour l’UNFP, elle est non-négociable, tant elle constitue une coupure salvatrice, réparatrice…

Et elle pourrait même l’être plus encore si, comme le préconise une récente étude de la FIFPRO  sur la santé des footballeurs et la surcharge du calendrier, la coupure était de dix jours, alors qu’elle n’est que de six jours actuellement en France. Plutôt que de supprimer la trêve, ne faudrait-il donc pas même mieux l’étendre ?

La question mérite d’être posée…

À propos Murvin Armoogum

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée