Herrera : “Au moindre faux pas, les haters apparaissent ou la presse cherche à créer des problèmes”

Ander Herrera a rejoint le PSG à l’été 2019 mais plusieurs blessures ont gâché cette première sous le maillot des Rouge & Bleu (18 matches). Dans un long entretien accordé au média Libéro, le milieu de terrain espagnol (30 ans) a évoqué les haters qui aiment tomber sur le PSG dès que quelque chose ne va pas.

Nous sommes sur une superbe lancée en Ligue 1 et au moindre faux pas, les haters apparaissent ou la presse cherche à créer des problèmes pour remuer le couteau dans la plaie. C’est pour ça qu’en interne, nous avons une mentalité claire : “c’est nous contre le reste du monde. Vous y pensez et ni le Bayern, la Juventus, l’Atlético, Manchester City ou Manchester United ne sont aussi exigeants que le PSG. C’est quelque chose dont nous devons nous occuper. Il faut avoir de la personnalité pour être dans ce club.

L’ancien mancunien explique également que la perception du PSG est totalement différente de ce qu’il se passe vraiment en interne. “À l’intérieur se trouve un club normal, au jour le jour. De l’extérieur on parle beaucoup de tout, tout le monde est conscient de ce que l’on fait. Toute la France attend que le PSG perde ou attendant que le PSG fasse une erreur pour l’attaquer. En interne, j’ai trouvé des travailleurs qui vivent avec nous au jour le jour et qui parlent de football. J’ai honnêtement trouvé un club où le glamour de Paris et les succès peuvent indiquer autre chose, mais ce qui est vécu de l’intérieur est totalement différent des apparences.

Herrera a enfin indiqué que la Ligue des Champions n’était une obsession pour les joueurs et le club. “Nous nous concentrons d’abord sur les compétitions nationales, car la Ligue des champions est plus un rêve qu’un objectifGuardiola a déclaré que ne pas gagner la Champions League ne signifie pas que vous avez eu une mauvaise saison et c’est vrai. […] Ce qui vous fait d’abord réaliser une bonne saison, ce sont les compétitions nationales.”

À propos Guillaume De Freitas

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée