duluc

Duluc : “La qualification du PSG représente la possibilité d’une alternance, voire d’un bras d’honneur”

La qualification du PSG pour la finale de l’UEFA Champions League rapproche le club francilien de son Graal. Et si Paris arrive a atteindre dimanche soir le toit de l’Europe, il se pourrait qu’il s’habitue à le fréquenter, estime le journaliste de L’Equipe Vincent Duluc. Une forme de revanche sur le sort et aux entraves mises en place par l’UEFA.

“Faut-il avoir été mort de trouille pour être fou de joie ?” demande au préalable Vincent Duluc dans l’édito du quotidien sportif. Après cette réflexion, le journaliste constate que le PSG “a balayé Leipzig comme on époussette le revers de sa veste. À la hauteur de ses rêves, de sa mission et de ses investissements, le club s’approche enfin de son obsession absolue, cette coupe aux grandes oreilles. La qualification du PSG, ce matin, représente la possibilité d’une alternance, voire d’un bras d’honneur, considérant les aventures réactionnaires du fair-play financier. Elle représente, surtout, une joie historique pour un club déshabillé de la rumeur de sa malédiction, ainsi qu’une fierté pour le football français, en attendant la deuxième demi-finale. Il est probable que le PSG préférera le Bayern, parce que le plus grand jour d’une vie ne peut pas ressembler à une journée au bureau, et parce qu’il faudra à Paris un grand nom pour finir et pour établir sa gloire. […] En choisissant d’être une marque internationale, le PSG sait qu’une victoire, dimanche, lui permettrait de rayonner autrement. Il est ce matin, sans faire offense à ce Lyon magnifique, le club français qui a le plus de chances d’être à jamais le deuxième, mais aussi le troisième et le quatrième. Il suffisait, sans doute, que les étoiles soient enfin alignées. Ensemble.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée