Hermant

Hermant : “Avec ce fond de jeu, le PSG ne va pas arriver lancé à Lisbonne”

Thomas Tuchel s’agaçait vendredi soir de journalistes français focalisés à chercher ce qui n’allait pas au PSG, il peut s’estimer servi au fil des jours. Ainsi, Arnaud Hermant, journaliste de L’Equipe, a exprimé ses nombreux doutes alors que se profile le mercredi 12 août un quart de finale de Ligue des champions face à l’Atalanta Bergame pour le PSG.

“Il faisait très chaud vendredi soir, le PSG achève sa phase de préparation après quatre mois d’arrêt, mais il est indéniable que ce qu’on a vu contre Lyon après ce qu’on a vu une semaine plus tôt contre Saint-Etienne ne peut être rassurant dans le cadre de l’objectif suprême du club qui est de décrocher la Ligue des champions. Physiquement on voit qu’il y a des joueurs qui ne sont pas dans le coup : Di Maria, Icardi qui est en perdition. Et surtout il y a pauvreté collective… A part donner le ballon à Neymar ou à Verratti, il n’y a pas grand chose. Par rapport à la force de frappe qu’on a pu connaître au PSG – même s’il y a des bémols comme la blessure de Mbappé et le départ de Cavani – un but en 210 minutes ce n’est pas non plus le rouleau-compresseur… Avec ce fond de jeu, le PSG ne va pas arriver lancé à Lisbonne !”, a déclaré le journaliste au micro d’Europe 1. “Les nouvelles sont bonnes pour Mbappé mais il aura coupé sa préparation pendant 15-20 jours, une préparation qui fait suite à quatre mois d’arrêt… Après, l’avantage, c’est que l’Atalanta est une équipe qui va jouer. Ils ne savent pas rester à défendre. Ils vont prendre des risques et attaquer. Si Mbappé est de retour, le PSG pourra leur poser des problèmes dans la profondeur avec un jeu direct. Maintenant, c’est une équipe forte physiquement qui presse sans relâcher. Ils ont pu jouer tous les trois jours. Ils vont arriver avec plus de rythme que le PSG. Il faudra voir comment Paris répond à ça.”

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée