Rétro PSG

J-5 avant PSG VS Atalanta : Retour sur le premier 1/4 de finale du PSG en C1 (Barcelone)

Il reste moins d’une semaine d’attente pour les supporters avant de retrouver la Ligue des Champions. Ce 12 août, le Paris Saint-Germain va débuter le “Finale 8” en rencontrant l’Atalanta Bergame. À l’occasion de cet événement, Canal-Supporters vous propose de revenir sur les 1/4 de finale qui ont marqué l’histoire du club. Ce lundi, nous avions débuté notre retour en arrière au début des années 80, et la première des Rouge & Bleu en Europe. Le lendemain, nous avions fait un bond de 10 ans dans le futur, et pris la direction des années 90 pour évoquer un des plus grands matches de l’histoire parisienne sur le vieux continent face au Real Madrid.
Depuis, 4 jours sont passés, et notre DeLorean est prête pour nos prochaines épopées temporelles ! Aujourd’hui nous allons faire un petit voyage de seulement quelques mois pour revenir sur un autre 1/4 de finale épique des Rouge & Bleu, face au grand Barça ! Direction donc les années 1994/1995 !

Assis dans ma DeLorean, j’ai une certaine sympathie pour cette saison. Ayant un peu moins de trente ans, j’étais certes né lors de cette aventure européenne mais je n’ai pas pu la vivre pleinement. Mon enfance et mon attachement pour le Paris Saint-Germain s’est forgé par la fameuse cassette (l’ancêtre du DVD / Blu-ray / streaming pour les plus jeunes lecteurs) “EuroPSG 94 / 95” disponible à la boutique du club des Champs-Elysées. Je me souviens par coeur des matches, des commentaires de Thierry Roland et Jean-Michel Larqué, des actions et de la minute des buts inscrits de chacune de ses rencontres… Et à chaque visionnage mon amour pour le PSG ne faisait que grandir…

EuroPSG 94/95

Ça y est ! Nous y sommes… 1994 – 1995. L’émission “Le Hit Machine” faisait ses grands débuts à la télévision, le génial pilote de F1, Ayrton Senna, perdait la vie lors du grand prix de San Marin et Jacques Chirac était élu Président de la République. Nous sommes à la bonne époque.

Les Parisiens de leur coté viennent de remporter leur deuxième titre de champion dans l’histoire au terme d’une saison largement maitrisée. Le club de la capitale va donc participer à sa deuxième C1 de son histoire et sa première Ligue des Champions.
Pour son entrée en lice dans la plus prestigieuse des compétitions, les hommes de Luis Fernandez rencontrent la modeste équipe hongroise de Vac FC Samsung. Sans trop de problème, le PSG se qualifie pour les phases de groupe grâce à deux succès (3-0 ; 2-1) et sera opposé au Bayern Munich, le Spartak Moscou et le Dynamo Kiev.

Lors du premier match des poules, le PSG rencontre l’ogre Munichois au Parc des Princes. Remplis d’espoir, les Rouge & Bleu veulent entrer de la meilleure des manières dans la compétition et s’imposer sur leur terre. Dominateurs, George Weah libérera les siens peu avant la mi-temps (43e). Sur corner, Ricardo touche la barre transversale après un coup de tête, bien suivi par le Libérian qui pousse le ballon au fond des filets. La seconde mi-temps sera aussi à sens unique et verra les Parisiens doubler la mise grâce à Daniel Bravo (83e). Après trois coups de pied de coin consécutifs, le milieu de terrain reprend de volée un ballon mal repoussé qui finit dans le petit filet d’Oliver Kahn.
2-0, le Paris Saint-Germain prend une belle option pour la suite de la phase de poule.

Les Parisiens vont poursuivre cette phase de groupe avec deux déplacements périlleux dans le froid européen et on commence par une victoire étriquée sur le terrain du Spartak Moscou. Menés au score grâce à un but de Rakhimov (40e), les Rouge & Bleu peuvent remercier Paul Le Guen et sa magnifique frappe qui se loge dans la lucarne opposée, une habitude pour celui qu’on surnommait “la patate de Pencran” (52e). Valdo donnera l’avantage aux siens seulement sept minutes plus tard. Succès difficile mais rebelote 15 jours plus tard sur la pelouse du Dynamo Kiev. Longtemps tenu en échec, grâce un beau but de Vincent Guérin (20e) et l’égalisation de Leonenko sur pénalty (33e), le PSG réussit à faire la différence à l’entrée du dernier quart d’heure grâce à l’inévitable George Weah ! Grâce à ce nouveau succès sur le plus petit des écarts, le club de la capitale fait un quasi sans faute avant de recevoir de nouveau les Ukrainiens.

Dans le stade de la Porte de Saint-Cloud, le PSG peut se qualifier pour son premier quart de finale de son histoire en C1. Au terme d’un match âpre et serré, la différence se fera à la toute fin de la rencontre… et qui d’autre que “Mister George” pour sauver les siens ?! Après un magnifique jeu en triangle des parisiens, Raï décoche une belle frappe bien repoussée par le portier kiévien sur son poteau. À l’affut, Weah se jette et propulse le ballon au fond des filets (83e). Malgré la pression mise par l’adversaire, le Paris Saint-Germain composte son billet pour les 1/4 de finale et va désormais aller en Bavière pour assurer la première place du groupe.

Sur le terrain du Bayern Munich, le PSG veut s’assurer la première place. L’objectif est donc de ne pas perdre et pourquoi pas même de gagner… et les Parisiens vont tout mettre en oeuvre pour y arriver ! Entreprenant et dominateur, les Rouge & Bleu butent sur un Oliver Kahn des grands soirs ! Alors que la seconde mi-temps est plutôt terne en terme d’occasion, George Weah va illuminer l’Europe entière par une action extraordinaire !
Nous sommes à la 80e minute, les deux équipes pensent se séparer sur un score nul et vierge, mais le Libérian pense autrement. Après un une-deux avec Nouma, le numéro 9 slalome dans la défense munichoise, crochète trois défenseurs avant d’envoyer une mine sur-puissante en pleine lucarne ! Ce but restera un des plus beaux dans l’histoire du Paris Saint-Germain en Coupe d’Europe, et permet au club de la capitale d’engranger un cinquième succès en autant de rencontre avec en prime l’assurance de terminer en tête du groupe.

Assuré de finir premier, le PSG aborde cette dernière rencontre de la phase de poule, en tout décontraction face au Spartak Moscou. Pour le plus grand bonheur de ses spectateurs, les hommes de Luis Fernandez vont offrir un véritable récital avec quatre buts marqués en moins de 60 minutes (Weah 28e/52e ; Ginola 42e ; Raï 59e). Les Russes réduiront le score à la 67e minute de jeu par l’intermédiaire de Rodionov.

6 victoires en 6 matches de poule, le PSG est la deuxième équipe de l’histoire à réaliser cet exploit en Ligue des Champions et la première en France. Encore aujourd’hui, seulement six clubs ont réussi cette performance.
Le Paris Saint-Germain se dirige donc vers les 1/4 de finale de la C1, et va affronter un très gros morceau : le FC Barcelone entrainé par l’immense Johan Cruyff.

Après le Real Madrid en C3 et en C2, c’est l’autre monstre de la Liga que devra renverser le PSG. Intimidés par les 116 000 spectateurs du Camp Nou, les Parisiens vont être dominés par les Catalans et ne trouveront pas la solution en première mi-temps. Exceptionnel jusque-là, Bernard Lama va commettre une énorme bourde dans le deuxième acte et lâcher un ballon assez simple de Korneev dans son propre but (48e). Ouverture du score du Barça, et on pense que les Rouge & Bleu vont accuser le coup. Mais c’est sans compter sur le futur Ballon d’Or, George Weah. À peine six minutes plus tard, “Mister George” s’éléve suite à un coup-franc sur le côté droit de Valdo et catapulte de la tête le ballon dans les filets. Le Libérian court tout le terrain pour sauter dans les bras de son gardien de but, signe de l’unité qui règne au sein de cet effectif.
1-1, le PSG s’en sort bien et revient dans la capitale française avec un score plutôt en leur avantage. De quoi nourrir quelques espoirs…

Comme lors de ces deux dernières années, le Parc des Princes est plein à craquer. Les spectateurs rêvent de faire tomber le grand Barça après avoir déjà réalisé cet exploit à deux reprises face au Real Madrid. Avec le score du match aller, le PSG est qualifié au coup d’envoi… Une situation toujours compliquée à gérer pour un club aussi jeune. Mais dans ce début de match, les deux équipes jouent sans calcul. Les occasions se multiplient de part et d’autres des deux buts sans pour autant trouver la faille. À noter que le Paris Saint-Germain touche… trois fois les montants barcelonais dans les 45 première minutes !
Au retour des vestiaires, c’est pourtant Bakero qui marque de la tête pour le FC Barcelone sur un coup-franc de Koeman (50e). Coup de froid à Paris, les Rouge & Bleu sont virtuellement éliminés de la compétition. Mais le rythme du match ne faiblit pas, les deux équipes se ruent vers l’attaque et c’est Raï qui égalisera de la tête peu avant le dernier 1/4 d’heure de la rencontre. Le Parc reprend espoir, et s’ils peuvent le refaire ? Est-ce que Weah va de nouveau nous sauver ? Ginola ? Valdo ? Non… C’est un homme de l’ombre, un amoureux de ce club, toujours présent dans les moments les plus importants. Parti du centre du terrain, Vincent Guérin s’avance vers les cages catalanes et frappe du pied droit à ras de terre. Busquets est trop court, et le ballon se loge dans le petit filet (83e). Le stade explose, Luis Fernandez sprint sur sa ligne de touche et le buteur lève ses deux doigts au ciel. Le PSG est de nouveau qualifié pour le dernier carré de la compétition mais il va falloir tenir dix minutes… Dix minutes de souffrance… Mais ils le feront !

Le Paris Saint-Germain, 25 ans d’existence se qualifie pour sa troisième demi-finale de suite de Coupe d’Europe et sa première en Ligue des Champions ! Le PSG vient de sortir le grand FC Barcelone au terme de deux matches d’une rare tension. C’est un nouvel exploit pour le club qui s’impose petit à petit comme une des équipes montantes sur le vieux continent.

Comme en 1993, les Rouge & Bleu vont se casser les dents face à une autre équipe italienne, l’AC Milan (0-1 ; 0-2). Bien trop forts, les hommes de Fabio Capello auront écrasé physiquement des Parisiens bien trop tendres.
Mais l’essentiel n’est pas là, le PSG devient un club qui compte en Europe et est respecté par tous ses adversaires.
Le PSG rêve désormais d’une chose : passer enfin le cap des demi-finales pour enfin soulever un trophée continental ! Mais ça… Ce sera dans un prochain épisode !

À propos Jonathan Bensadoun

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée