PSG 6 octobre 2020

Revue de presse PSG : Rafinha, Leonardo, Tuchel, Pembélé

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce mardi 6 octobre 2020, lendemain d’une suractivité avant la fermeture du mercato traduite par la signature du milieu de terrain hispano-brésilien Rafinha (27 ans), le frère de Thiago Alcantara, en provenance du Barça (où il était sous contrat jusqu’en juin 2021). La recrue de dernière minute retrouvera son ami Neymar au PSG. Ces dernières heures, le club aura donc signé en prêt l’attaquant Moise Kean (20 ans, Everton), Danilo Pereira (29 ans, Porto) en prêt payant de 4 M€ avec une option d’achat de 16 M€ activée par une place dans les deux premiers de L1, et Rafinha.

“Quand, jeudi, Tuchel a rué dans les brancards face à un marché parisien atone, il aurait dû se souvenir que, la saison dernière, le mercato de son club s’était étiré jusqu’au bout de la nuit avec le prêt de Icardi à quelques minutes du gong final. Cette année, rebelote. Une course contre le temps s’est engagée, et Rafinha a finalement réussi à enchaîner sa visite médicale à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine, et dans la foulée à apposer sa signature au bas de son contrat de trois saisons. Ceci juste après que les deux clubs ont trouvé un accord express”, écrit Le Parisien. Rafina “débarque libre au PSG dans le cadre d’un transfert assorti d’une série de bonus pouvant atteindre les 3M€. Reste que Paris faisait savoir hier soir que ces variables seraient compliquées à atteindre et concernaient, entre autres, un nombre minimum de matchs à jouer en Ligue des champions. De plus, les deux clubs, que l’on disait irréconciliables sont tombés d’accord sur un pourcentage à la revente à hauteur de 35% selon la presse espagnole.”

“En recrutant un nouveau milieu de terrain, après la sentinelle portugaise Danilo Pereira, Leonardo montre qu’il a tiré  les enseignements du dernier Final 8, juge le journal francilien. “Il considère, à juste titre, que le club a manqué de concurrence et surtout de répondant dans ce secteur.”

“Pour Rafinha, les négociations ont repris vers 18 h pour finalement se conclure assez vite dans la soirée”, explique L’Equipe. “En un peu plus de 24 heures, le PSG a donc enregistré trois recrues. […] Rafinha va apporter une touche technique à l’entrejeu, dans un style plus proche de celui de Verratti que de ceux de Gueye ou Paredes. International brésilien, il va retrouver au PSG Neymar et Marquinhos, avec lesquels il a remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Rio en 2016. […] Tuchel qui, jeudi se plaignait de manière virulente de ne pas disposer de renforts, ou alors trop tardivement, doit être comblé ce matin. Il va bénéficier de solutions de repli en cas de blessure de ses titulaires habituels et pourra gérer les temps de jeu des uns et des autres.

“Si Leonardo s’est débrouillé pour renforcer l’équipe avec des moyens limités, il n’a réussi à vendre aucun élément susceptible de rapporter de l’argent au club”, objecte Arnaud Hermant dans le quotidien sportif. “Au total, le PSG a dépensé près de 65 M€ lors de ce marché. Leonardo devait céder pour près de 60 M€ : de ce point de vue, c’est un échec. Seul Mbe Soh a été vendu à Nottingham Forest pour 1 M€, avant d’éventuels futurs bonus. Leonardo n’a pas réussi à convaincre des Draxler, Gueye ou Paredes à changer d’air. A-t-il réellement essayé  ? Ce n’est pas évident puisque dans l’entourage de ces trois joueurs, on confie que jamais le Brésilien ne s’est montré insistant pour les faire partir. Il n’a pas su non plus valoriser des jeunes. Avec l’absence de ventes, les prochaines fenêtres de transferts, en janvier et juin, seront déterminantes pour rééquilibrer les finances déficitaires du club.” Autre point à retenir, le jeune défenseur polyvalent Timothée Pembélé (18 ans) va prolonger au PSG. le titi sera lié désormais jusqu’en 2024, rapporte L’Equipe. “Sollicité ces derniers jours pour des prêts, le PSG a repoussé cette hypothèse. Les dirigeants estiment que la polyvalence du joueur peut en faire un élément utile dans le cadre de la rotation.”

“Malgré son épopée européenne estivale, le PSG n’a pas été épargné pas les conséquences économiques du Covid-19, rappelle Les Echos. Le club a été pénalisé par l’arrêt brutal de la Ligue 1 à la mi-mars. Depuis le début de la saison 2020-2021, il doit jouer devant un public clairsemé, ce qui limite ses revenus de billetterie. La crise sanitaire complique aussi les négociations de contrats avec les sponsors et fait peser une menace, à l’avenir, sur le montant des droits télévisés, l’une des principales ressources des grands clubs.

À propos Marc Alvarez

Responsable de la publication Canal Supporters