fil infos

Kombouaré s’est-il trompé ?

En alignant quasiment l’équipe-type contre Aubervilliers et une équipe bis contre Guingamp, l’entraîneur du PSG a-t-il fait les bons choix ?On le savait depuis longtemps, mais hier au soir la triste réalité nous a encore rattrapés. Nos remplaçants ont tout juste un niveau de Ligue 2, si ce n’est de National. Bercés par l’illusion d’une trêve réparatrice et la “positive attitude” d’Antoine Kombouaré louant un état d’esprit irréprochable, on a cru un moment qu’en 2010 le PSG allait se métamorphoser et le Grand Alchimiste nous transformer des semelles de plomb en ballons d’or ! Cruelle illusion.

Après 25 minutes de trou noir hier à Guingamp, les joueurs du PSG auront finalement retrouvé la lumière (oh, disons plutôt un filet de lumière), avant de complètement disjoncter et de (re)plonger leurs supporters dans la nuit abyssale ! Incapables de scorer nos Rouges & Bleus… avant de finalement s’incliner en offrant le match sur un plateau à une équipe totalement inoffensive qui n’en demandait pas tant. Le dégoût, comme dirait l’autre.

Des erreurs de casting

Les maux sont connus. Le club traîne comme un boulet des erreurs de casting depuis quelques années. Trop de joueurs moyens surcôtés qui n’ont pas leur place au PSG. La volonté à tout prix de faire monter des joueurs du Centre de formation pour recruter “made in Ile de France”. Certes, une attention louable et formidable si elle fonctionnait, mais vu le niveau des dits joueurs on est en droit de se poser des questions sur la filière parisienne de formation. Boli, NGoyi, Sankharé, Maurice… ça ne sera pas leur faire injure de constater que ces joueurs feront sans doute d’honnêtes professionnels de Ligue 2 mais guère plus. De là à revêtir le maillot du PSG…  Ajoutez à cela quelques gros salaires qui plombent les comptes pour un rendement très insuffisant… quant ce n’est pas à pure perte. On couve des joueurs branchés sur courant alternatif qui ne jouent jamais ou alors un match sur deux. Makelele, Giuly, Kezman… à eux trois ils cumulent un salaire d’environ 750.000 euros/mois, pour faire simple. Soit, une fois “chargés”, un coût pour le club d’environ 1,5 million d’euros par mois ! Des frais fixes maousses. De quoi vous faire passer une équipe sur le papier très moyenne pour le 4ème budget effectif de Ligue 1 dans les statistiques.

Kombouaré à la faute ?

Pas facile de jongler avec tout ça. Antoine Kombouaré a très peu de marge de manoeuvre et pas beaucoup de jokers. Il est réduit au sans faute, ou presque. Et cette semaine il semble peut-être avoir manqué sa cible. En alignant quasiment son équipe type face à Aubervilliers (un club de CFA2, l’équivalent de la 5ème division) et son équipe bis face à Guingamp, il s’est trompé d’objectif. Au Parc, les banlieusards n’ont pas fait illusion et l’on s’est vite aperçu du gouffre qui séparait les deux équipes. Le onze aperçu hier au soir à Guingamp aurait pu se qualifier tout autant (ou alors ce serait vraiment à désespérer de tout). De même, l’équipe alignée contre Aubervilliers aurait sans doute mieux maîtrisé la sortie bretonne du PSG.
Dommage, car la Coupe de la Ligue est le plus court chemin vers un trophée et quand on voit la difficulté avec laquelle l’équipe se débat en championnat, l’espoir d’une coupette n’aurait pas été de trop pour des supporters meurtris. Nous jouons samedi à Lille nous répondra sans doute le coach parisien. Et comment font les autres ? Lille a joué plus tard que nous hier avec une prolongation à la clé et aura sans doute à coeur de gagner à nouveau samedi soir avec la même équipe.
Le pire dans tout ça, c’est qu’on ose encore y croire. Oui, on aimerait croire qu’au Stadium le PSG va nous livrer un match héroïque et laisser entrevoir les promesses d’une deuxième partie de saison tonitruante. De celles qui vous font terminer sur le podium en fin de championnat. Oui, on rêve encore. Qu’est-ce qu’on l’aime ce club.

Bouton retour en haut de la page