fil infos

Les chasse aux Parisiens est ouverte !

Les supporters parisiens seront privés de 1/2 finale de Coupe de France. Certes, on le savait déjà, Robin Leproux ayant annoncé ne plus vouloir organiser de déplacement de supporters Rouge&Bleu jusqu’à nouvel ordre (lire notre article, voir notre vidéo). Et c’est tant mieux, vu les affrontements pitoyables qui ont conduit à la mort d’un homme à quelques encablures seulement du Parc des Princes. Pas de Quevilly-PSG, donc, pour nos hordes de hooligans qui étaient prêtent à déferler sur la Basse-Normandie, semant terreur et consternation.

Mais alors que les indésirables se voient fermer les portes du stade, c’est finalement à une vraie chasse au Parisien que nous invitent la FFF et les pouvoirs publics ! Les mesures prises sont assez étonnantes et pour tout dire plutôt déplacées.  Etant bien entendu pour tout le monde que le supporter parisien est par essence violent et irrécupérable, la FFF a publié sur son site internet les modalités de vente des billets pour ce match Quevilly-PSG. Afin d’être bien sûr qu’aucun Parisien (ahhh, quelle horreur !) ne puisse s’approcher du stade, la FFF indique que :

– “la vente se fera uniquement dans des points de vente physiques ouverts à Quevilly, Rouen et Caen”

– “qu’il n’y aura pas de vente par Internet et pas de vente aux guichets du Stade Michel d’Ornano le jour du match”

– “que l’achat de billets ne sera ouvert qu’aux personnes résidant dans les cinq départements de Haute-Normandie et de Basse-Normandie (Seine-Maritime, Eure, Calvados, Manche, Orne) et l’identité des acheteurs sera relevée au moment de l’achat”

Etant bien entendu qu’un Normand fan du PSG, ça n’existe pas, hein ! Mais le pire est encore à venir puisque, comme on l’apprend sur l’Equipe.fr, “un arrêté préfectoral interdirait d’arborer les couleurs du PSG dans la ville de Caen le jour du match”. On croit rêver ! Ou plutôt cauchemarder. D’ici à ce que le Préfet demande aux femmes et aux enfants de se mettre à l’abri dès le matin du match et à nos amis normands de se barricader, il n’y a pas des kilomètres ! Ca fout autant la trouille qu’une horde de hooligans tout ça.

Bouton retour en haut de la page