OpinionPSG News

Ménès : “On a eu droit à Neymar l’enchanteur, celui que certains osent appeler la starlette”

Il y a eu les symboles, les messages antiracistes, et puis il y a eu du football au Parc des Princes mercredi soir entre le PSG et Istanbul BB (5-1). Neymar retrouve des jambes. Et plus le Brésilien progresse athlétiquement, plus il fait mal à ses adversaires. De quoi bien faire taire ceux qui aiment dénigrer le numéro 10 du PSG. Tel est le ressenti de Pierre Ménès après cette qualification pour les huitièmes de finale de l’UEFA Champions League.

“Pendant 70 minutes, on a eu droit à « Neymar l’enchanteur », celui que certains osent appeler « la starlette ». Eh bien la starlette vous souhaite bien le bonjour : trois buts, un penalty provoqué et à la construction sur le dernier but. Décisif 65 fois en 65 matchs en LDC. Je sais que ça ne sert à rien d’essayer de convaincre les rageux mais je me tue à répéter depuis qu’il est à Paris qu’on a une chance inouïe d’avoir un joueur aussi exceptionnel dans une équipe française”, commente Pierre Ménès sur son blog Canal Plus. “Une nouvelle fois, Tuchel avait innové avec un 5-3-2 qui pouvait sembler très défensif pour affronter au Parc une équipe du niveau de Basaksehir mais qui s’est avéré assez équilibré au final. Et puis, Di Maria est rentré au milieu de terrain. C’est quelque chose qui m’intéresse beaucoup, que j’ai envie de voir depuis de longues saisons au PSG et qui va peut-être, je dis bien peut-être, devenir réalité dans les semaines qui viennent. Avec lui et Verratti au milieu devant une sentinelle (Paredes ou Danilo, au choix), l’entrejeu parisien offrirait de nouvelles perspectives… Le match s’est déroulé dans un excellent climat et avec un bon arbitre, qui a fait preuve de psychologie alors qu’il aurait pu expulser Crivelli qui, quel que soit le maillot qu’il porte, reste un effroyable bourrin. Le boulot est fait pour le PSG. Il faut maintenant espérer que la phase à élimination directe en février se fera avec du public dans les stades, parce qu’il y en a marre de ces matches joués devant des sièges vides.”

Bouton retour en haut de la page