fil infos

OL-PSG : Aulas livre ses commentaires

OL_BALLON_4988_1_900Le président de l’Olympique lyonnais, Jean-Michel Aulas, attend une victoire de son équipe ce week-end. S’il ne l’admet qu’à demi-mot, une non-qualification en ligue des champions à la fin de la saison ferait désordre à l’OL, après 10 années de présence dans cette compétition européenne prestigieuse. Et ça passe par un bon match contre le PSG pour commencer : “le PSG est un de nos concurrents pour les trois premières places, l’objectif avoué de l’OL, afin de se qualifier une 11è fois d’affilée en Ligue des champions, ce qu’aucun club français n’a jamais fait, confie-t-il, non sans malice au journal Le Parisien”.
Et pour parvenir à ses fins, le patron de l’OL compte sur ses troupes, même au coeur de la tourmente (éliminations prématurée des deux coupes nationales, mauvais classement en championnat) pour emballer un duel qui reste, malgré la méforme des deux équipes, un gros match : “ce sera un gros match entre les deux équipes les plus importantes du championnat, même si elles ne sont pas aux premières places. Le PSG a de la moelle. C’est un match qu’il ne faudra pas perdre et surtout gagner”.
Interrogé sur les déboires du PSG, Jean-Michel Aulas a sa petite idée, lui qui a déjà affirmé qu’il aurait très bien pu, à un moment, investir dans le PSG plutôt que dans l’OL, avec le parcours que l’on sait. Malin comme un singe, il en profite au passage pour adresser une petite pique au diffuseur principal du championnat de France et régler ses comptes du moment : “Canal + n’a pas laissé le PSG en bon état. Plutôt que de donner des leçons de management à ceux qui réussissent, Canal ferait mieux de s’interroger sur ce qui s’est passé. Ils étaient aux commandes et avaient les moyens. Il y a eu un mauvais passage qui tarde à se résoudre”.
PSG-OL 20-09-09Pas faux, comme dirait l’autre. Passé le constat sur le PSG en perte de vitesse qui ne chasse plus sur les mêmes terres que l’OL et autres en terme de recrutement, le président olympien se veut optimiste quant à l’avenir du PSG : “après avoir épongé les pertes structurelles, je suis persuadé que les actionnaires du PSG vont investir et se consacrer aux fonds propres qui sont la seule solution pour atteindre la performance. J’ai confiance en Sébastien Bazin. Réelle intuition ou pression à peine voilée pour pousser le patron du PSG à enfin investir dans une équipe dont le championnat de France a besoin ?
Une chose est sûre, avec le patron de l’OL, rien n’est jamais prononcé qui ne soit pesé et intentionnel. Témoin cet hommage-recadrage lorsqu’il évoque sa relation avec Robin Leproux, son homologue au PSG : “nos relations sont très bonnes. Robin avait réagi de manière spontanée, sans trop d’expérience, ce qui m’a amené à être un peu vif dans mes propos. Je m’en suis excusé même si le terme utilisé était particulièrement approprié (ndr, puceau) . Il n’était pas le seul à réagir trop vite. Notre ami Antoine (Kombouaré ) avait soufflé sur les braises un peu activement. Robin est quelqu’un de droit, qui apprend tous les jours le métier. Président à Paris est encore plus difficile qu’à Lyon”. Hommage, certes, mais avec cette idée sous-jacente que le vrai boss, c’est Aulas. Du grand art.

Bouton retour en haut de la page