Compte Rendu de Matchfil infos

PSG-Monaco : 0-1 (0-0) 20/01/10

Malgré un bon match et de multiples occasions, le PSG tombe sur un Ruffier des grands soirs et offre la vistoire à Monaco sur une boulette grotesque d’Edel. Démoralisant.

Les semaines se suivent et se ressemblent. Cette fois, c’est Edel qui s’est proposé dans le rôle du fossoyeur, celui dont la boulette imparable ruine les efforts de tout un groupe et offre sur un plateau à l’adversaire une victoire totalement imméritée. A gerber !
Tout a basculé à la 67ème minute quand sur un centre anodin monégasque, alors qu’il n’y a personne pour venir le gêner, Edel se met le ballon tout seul dans ses filets. Le pire, c’est que ce n’est pas sa première bourde et qu’elle ressemble à s’y méprendre à une cagade qu’il avait déjà faite à Guingamp et qui n’avait alors pas prêté à conséquence. Un but grotesque qui offre à Monaco 3 points tombés du ciel.

Car il faut bien dire qu’hormis deux occasions en début de match avec une tête de Park immanquable non cadrée (1′) et une frappe lointaine de Néné qui ricoche sur le poteau gauche d’Edel, Monaco n’aura pas été particulièrement dangereux. Au contraire, ce sont les Parisiens qui ont été les plus en vue dans ce match. Ce sera la seule bonne nouvelle. Combatifs, solidaires, les Parisiens ont livré là un match aux antipodes de leur non-match à Lille. Mais côté finition, c’est à pleurer. Ruffier a-t-il fait le match de sa vie ou a-t-il été aidé par des attaquants trop maladroits ? En tout cas, on ne compte plus les occasions manquées. Plat du pied de Luyindula (2′), tête de Luyindula (36′), duel de Luyindula avec le gardien (43′), coup franc de Chantôme dans la lunette (48′), centre-tir de Chantôme le long du poteau (66′)… à chaque fois Ruffier s’en sort par miracle. Et quand il n’écarte pas le ballon, il heurte la transversale (frappe de Giuly 50′, frappe de Luyindula 66′). 8, peut-être 10 occaz’ pour Paris et pas un but ! Une soirée cauchemardesque qui se poursuit avec le but minable dont on vient de parler. Même Hoarau, qui a une occasion en or à la dernière minute, butte sur le gardien.
Alors que les joueurs semblaient avoir tout donné, pour une fois, ils ne sont pas récompensés et pas non plus épargnés par le public du Parc qui reprendra le slogan bien connu (“une équipe à Paris” ou encore “Colony démission”). Antoine Kombouaré va avoir du boulot avant le match contre Evian dimanche. Les Parisiens risquent d’avoir quelques maux de tête d’ici-là.

PSG – MONACO 0-1 (0-0)
Spectateurs
: 30 000. Arbitre: M. Buquet
But : Edel (68e, c.s.c.).
Avertissements. Monaco : Park (18e), Mongongu (21e), Alonso (90e), Puygrenier (90e + 4). PSG : Chantôme (74e), Erding (90e + 4).
PSG : Edel – Jallet, Camara, Sakho, Armand – Giuly (Hoarau, 73e), Makelele (cap.) (Traoré, 86e), Ngoyi (Maurice, 70e), Chantôme – Erding, Luyindula.
Monaco : Ruffier – Modesto, Mongongu, Puygrenier, Muratori – D. Perez, Costa (Mangani, 90e + 5) – Alonso (cap.) (Maazou, 90e), Haruna (Lolo, 76e), Nenê – Park.

Bouton retour en haut de la page