fil infos

PSG-Monaco : l’analyse

Au lendemain d’une nouvelle défaite au Parc des Princes face à Monaco, quelques questions se posent concernant la situation du PSG aujourd’hui, auxquelles nous tentons de répondre.

Faut-il considérer ce match catastrophe comme le début de la fin pour le PSG ?
Sur ce que l’on a vu hier au soir, sûrement pas. Après les sorties minables de Guingamp et de Lille, où les joueurs étaient totalement passés au travers, le match d’hier est porteur de promesses. Hormis deux occasions en début de match, Monaco aura surtout brillé hier par sa défense solide et son gardien en état de grâce. Ajoutez à cela un peu de maladresse et l’on tient là le match rageant par excellence. Si les joueurs gardent le même esprit qu’hier, solidarité,envie de bien faire… nul doute que nous allons bientôt nous remettre à gagner des matches. Si les supporters et les joueurs sont déçus, il faut reconnaître que les Monégasques avaient hier, selon l’expression consacrée (certes un peu déplacée), le cul bordé de nouilles. Le but gag que Ruffier aurait dû prendre est sauvé in extremis. Les deux transversales de Giuly et Luyindula méritaient mieux. Quant à la bourde d’Edel… Une fois le chat noir enterré, ce PSG peut encore espérer finir en Europa League (ce qui est nul, soyons bien clair, mais c’est toujours ça).

Edel a-t-il le niveau ?
On en doute un peu. Mêmes dans ses premiers matches plutôt réussis, on a vite décelé chez Edel un jeu au pied catastrophique. Sa bourde d’hier n’a rien de rassurant, d’autant qu’il avait déjà fait la même contre Guingamp. A l’évidence, il a plutôt le profil d’un gardien remplaçant ou d’un honnête gardien de Ligue 2.

Hoarau a-t-il apporté en entrant en jeu ?
A peine 15 minutes sur le terrain et Hoarau aura eu au bout du pied deux occasions énormes. Il n’arrive pas à piquer assez son ballon sur la première, il trouve les pieds de Ruffier sur la seconde. Rien que ça témoigne d’un sens du but certain et le PSG devrait vite profiter du retour en forme de son buteur vedette. Ce n’était pas trop tôt.

Ceara, Clément et Traoré, titulaires à Lille et sur le banc hier, ont-ils été punis ?
A en croire le coach Antoine Kombouaré, non. “C’était un choix tactique” nous a-t-il répondu. On peu en douter. En tout cas, le coach parisien avait vu juste en titularisant Giuly côté droit. L’attaquant de poche a réalisé un match plein de hargne et de combativité. De tous les bons coups, sa frappe lourde sous la barre de Ruffier aurait mérité meilleur sort. Malmené par Néné, Jallet avait un client en face de lui, mais s’en est très bien sorti. NGoyi au milieu n’a pas assez pesé physiquement malgré son grand gabarit. Si il n’a pas fait de faute grossière, on peu regretter qu’il n’apporte pas plus sur le plan offensif avec une relance propre mais souvent très lente.

Antoine Kombouaré est-il toujours convaincu que son équipe peut aller plus haut ?
Il en a certainement douté ces dernières semaines. Lui, le guerrier du PSG, a sans doute halluciné devant le peu de gniac de ses joueurs ces derniers temps. Hier, il a été rassuré, malgré la défaite. Il a vu un match plein de détermination et le PSG se créer de multiples occasions contre une bonne équipe de Ligue 1, ce qui n’était plus arrivé depuis un bail. Alors oui, il doit croire à nouveau que le PSG peut raccrocher les wagons. Il ne tombera pas tous les week-ends sur un gardien qui a la baraka. Il va enfin pouvoir profiter d’un groupe presque au complet. “Le mercato ? Je récupère Guillaume Hoarau et Stéphane Sessegnon” nous a-t-il confié  pour évoquer la période des transferts. L’information n’est pas aussi anecdotique que cela. C’est vrai qu’au complet le PSG peut retrouver son niveau de début de saison.

Bouton retour en haut de la page