PSG NewsRevue de presseVIDEOVLOG

Revue de presse PSG / TWITCH : Bayern, Neymar, Mbappé, Pochettino…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce mercredi 7 avril 2021, jour de quart de finale aller d’UEFA Champions League à Munich face au FC Bayern (21h/RMC Sport). Le club allemand (invaincu en Ligue des champions depuis 19 matches) sera privé de Robert Lewandowski (genou), et de Serge Gnabry (Covid). Paris devra faire sans Marco Verratti ni Alessandro Florenzi (Covid). Leo Paredes est suspendu. Autres défections : Layvin Kurzawa, Juan Bernat et Mauro Icardi.

“Face au Bayern, son bourreau en finale en août, le PSG dispute plus qu’une revanche : il joue à nouveau son rêve européen“, juge l’AFP. “En écartant le FC Barcelone au tour précédent, les coéquipiers de Marquinhos ont tiré un trait sur le cauchemar de la remontada subie en 2017 en Catalogne. Mais comme l’héroïne du film Kill Bill, il leur reste des noms sur la liste des mauvais souvenirs à conjurer, avant d’atteindre la plénitude qu’un premier sacre européen leur offrirait. Dept mois après le crève-cœur de l’Estadio da Luz, les ambitions restent intactes. Mais l’ambiance a bien changé. Depuis, le PSG semble surtout avoir perdu ce qui faisait sa force l’été dernier : un état d’esprit solide, de la constance et un Neymar en grande forme.”

Le PSG “affronte le Bayern dans une ambiance délétère, empoisonnée par de mauvaises performances et de laborieux renouvellements de contrats en coulisse, écrit Grégory Schneider dans Libération. “Tous les voyants parisiens sont passés au rouge, comme si le club avait exagéré depuis chacun des traits qui font le sel de son identité depuis la prise en main de Doha en 2011.”

Neymar et Kylian Mbappé, les deux cracks du PSG, “possèdent une occasion en or de frapper un grand coup ce soir, en effaçant leur triste finale de 2020 et en rappelant que leur association peut être celle de deux bienfaiteurs”, estime Le Parisien. “On aurait déboursé un centime dans l’affaire, on pourrait le dire comme ça et pas seulement accoudé au bar d’un zinc du monde d’avant : on n’en a pas eu pour notre argent. […] Ils aimeraient épater le monde, montrer qu’eux deux ensemble, ça marche, qu’ils laisseront une trace commune dans l’histoire du club comme de la Ligue des champions. Pour l’instant, ce n’est pas le cas, mais il y a comme une urgence. Si l’un reste, l’autre part. Rien n’est sûr, mais on en prend peut-être le chemin, on le redoute surtout. Qui sait s’ils auront encore beaucoup d’occasions de flamber ensemble au PSG sur les terrains de Munich, Manchester ou du Real Madrid ? A ce jour, il y a plus de risques de les retrouver dès la saison prochaine adversaires en Coupe d’Europe qu’associés bienfaiteurs. En attendant, c’est un groupe qui reste persuadé qu’il possède un coup à jouer. Marquer et jouer juste leur paraissent un bon début. Deux aspects que Neymar et Mbappé maîtrisent mieux que les autres. La dernière impression emporte tout, en général, même ce qui a été gâché avant. C’est franchement un soir pour nous laisser sur une note mémorable.”

Le PSG “devra être parfait, ce soir, pour préserver ses chances de qualification pour les demi-finales”, prévient L’Equipe. “La notion de match à domicile perd de son sens ces derniers temps, mais le cœur de la qualification restera de marquer à Munich, ce qui n’est pas mission impossible, tout en limitant la casse derrière, ce qui est nettement plus compliqué. Comment attaquer le Bayern sans se mettre en danger ? En l’absence de Verratti, on ne jurerait pas que le PSG tentera de déstabiliser les champions d’Europe par la qualité de son jeu court et de ses combinaisons. Il faudra pourtant parvenir à s’extirper du pressing allemand en deux ou trois passes rapides pour profiter des premiers espaces offerts et servir les deux étoiles parisiennes dans les meilleures conditions, un peu selon la manière dont Lille s’était sorti de la pression du PSG pour le punir en contre. Il reviendra, alors, à Neymar et Mbappé de se montrer aussi dangereux et efficaces qu’ont pu l’être David et Ikoné au Parc des Princes, et à Navas de rester aussi décisif que face au Barça. […] Cette formation du Bayern est capable d’élever son niveau, selon les circonstances, dans des proportions incroyables. Et quand elle concède de rares occasions, Neuer se pose là, en géant, comme s’il occupait toute la place dans le but et renvoie l’attaquant d’en face à ses jeunes années de U11, Mbappé s’en souvient encore. Cela tombe bien : il est temps de régler quelques comptes.” Concernant le onze de départ, la dernière séance à huis clos du PSG, à l’Allianz-Arena n’a pas révélé grand-chose des intentions de Pochettino, observe le journal sportif, qui rappelle au passage qu’en 2019-2020, alors entraîneur de Tottenham il avait subi une déroute, à Londres, face au Bayern (2-7): “Le début de la fin pour l’Argentin sur le banc des Spurs.”

RENDEZ-VOUS >> A partir de 8h30, nous vous donnons rendez-vous via Twitch pour analyser, ensemble, de manière approfondie, la presse du jour en ce qui concerne le Bayern/PSG, voir ce qui se dit en Allemagne, parler du XI de départ, des données tactiques, débattre de la ligne éditoriale choisie. C’est ici que cela se passe : https://www.twitch.tv/canalsupporters

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page