fil infos

PSG-Bdx : impardonnables ?

L’histoire semble bégayer au PSG. Alors que le début de saison semblait rimer avec solidité retrouvée, voilà que deux errements coupables contre Bordeaux sonnent comme un rappel à l’ordre et nous renvoient à de vieux démons pas si lointains. Incapables de tuer le match quand il le fallait, les Parisiens, explosifs mais maladroits en attaque, ont fait planer sur ce match le spectre d’une défaite annoncée, bien qu’imméritée.
Et la catastrophe va arriver sur deux coups de pieds arrêtés, une phase de jeu qui, la saison dernière, était déjà problématique pour le PSG. Pourtant, on le savait, Bordeaux est l’équipe française qui est la plus performante sur ce type d’action, au point de scorer presque les 3/4 de ses buts de cette manière. A l’évidence, un plan anti-Ciani et anti-Diarra aurait dû être organisé. Mais nous n’avons rien vu de tel. Hoarau restait en sentinelle devant Coupet sur ces phases arrêtées ; il aurait sans doute été plus efficace en one to one avec l’un de nos deux Bordelais. Etrange et rageant à la fois de se faire avoir comme des bleus, et la désagréable impression que rien n’aurait été travaillé en amont et que la copie aurait été survolée, si ce n’est baclée. “Attention, Ciani et Diarra sont des clients de la tête” a expliqué Antoine Kombouaré en conférence d’après-match. Raison de plus pour les museler, assurer un marquage sans faille et une présence aux deux poteaux de but. Mais, tentons d’y voir plus clair en revenant sur la prestation des joueurs.

Ceara : Il a été préféré à Armand sur le côté gauche et file tout droit vers la titularisation au poste. C’est vrai que son entente avec Nenê est patente. Ca combine bien sur le côté brésilien et Ceara a confirmé son bon début de saison.

Sakho, Camara : la charnière centrale a plutôt bien tenu le choc et Bordeaux ne s’est pas vraiment procuré d’occasions dans le jeu. Sakho est toujours crispant dans ses gri-gris qui ne servent à rien et nos duettistes énervants lorsqu’ils tergiversent avant de dégager le ballon. En revanche, sur les deux buts, ont peut leur remettre la trompette d’or tant ils ont été inexistants. Au final, ils laissent une impression très décevante malgré un bon début de saison.

Jallet : Est-ce parcequ’il est associé à Sessegnon, mais l’ancien Lorientais semble moins tranchant ces derniers temps. Il joue malgré tout assez juste mais ne force pas son talent plus que ça. Encore du déchet dans les centres alors qu’avec Hoarau dans le rectangle, les coups de boules devraient être une arme plus efficace.

Makelele : Le vieux briscard a joué simple et juste pendant la première mi-temps avant de sombrer physiquement en deuxième et de laisser Fernando se balader tranquillement. Son expérience est néanmoins importante, notamment pour jouer l’intox sur les actions chaudes.

Bodmer : Averti trop tôt et injustement, l’ancien Lyonnais n’a pas eu l’impact qu’on attend de lui. Avec son physique et sa qualité technique, il doit apporter beaucoup plus (cf Fernando, encore une fois).

Nenê : Sur sa lancée de Lille, le gaucher a encore fait admirer sa technique, au point qu’on se demande si ce n’était pas son cousin qui traversait parfois les matches à Monaco (cf la finale de Coupe de France). A gâché aussi quelques occasions, comme les autres, et ne garde pas son poteau sur le premier but girondin. Il ne doit pas se dire qu’il peut gagner le match tout seul, mais son activité débordante fait plaisir à voir.

Sessegnon : Existe-t-il vraiment une belle offre en Angleterre ? Si c’est le cas, alors il ne faut sans doute pas hésiter. Si le Béninois défend mieux, c’est indéniable, il ne semble plus dispo pour créer le danger sur son aile droite. La comparaison avec Nenê de l’autre côté est criante.

Erding : Un joueur pétri de talent, c’est indéniable. Qu’on aime beaucoup, c’est indéniable aussi. Mais tout aussi évident le fait qu’il nous bouffe la feuille encore hier au soir. Encore, car déjà au Trophée des Champions, il avait préféré jouer la carte solo plutôt que la victoire collective. Le Parc ne lui en a pas tenu rigueur. L’occasion lui est donc offerte de se racheter.

Hoarau : Il débloque enfin son compteur but en championnat. Très précieux dans ses déviations et ses petits ballons dans le dos de la défense. Son entente avec Erding semble fonctionner de mieux en mieux. On attend maintenant de la précision, genre le serial buteur qu’il était au Havre il n’y a pas si longtemps.

Coupet : Il n’a pas eu grand chose à faire, jusqu’à ces deux corners pas très bien négociés. Il manque sa sortie sur le premier, ne se replace pas vers son deuxième poteau sur le second (alors que le ballon aérien de Gourcuff met deux minutes avant de tomber sur la tête de Ciani), un poteau qu’il laisse libre de tout joueur parisien. Hum, hum…!

Bouton retour en haut de la page