Analyse tactiqueLigue 1PSG News

Avant Paris, analyse en images du plan de jeu de Bordeaux à Caen (2/2)

Crédits photo : SMCaen.fr

Bordeaux a réussi à empocher quatre points sur les deux derniers matches de Ligue 1 : un à domicile contre Reims (1-1) et trois sur la pelouse de Caen (1-2). Avant de recevoir le Paris Saint-Germain dimanche prochain à Chaban-Delmas, Canal Supporters vous propose de revenir sur la mise en place tactique utilisée par Willy Sagnol qui a porté ses fruits sur ces deux rencontres. Après le premier volet sur Bordeaux / Reims (lire ici), focalisons-nous sur Caen / Bordeaux, qui a eu lieu ce samedi. C’était le dernier match avant la réception des champions de France.

SM CAEN 1-2 BORDEAUX

bdx 01

Arrivé le jeudi soir en Normandie, soit deux jours avant la rencontre et avec un groupe élargi de 22 joueurs, Willy Sagnol veut souder son effectif qui a pour objectif de décrocher l’Europe en fin de saison. Fidèle à son 4-4-2 losange, l’entraîneur reconduit le même dispositif sur la pelouse de Caen que celui utilisé face à Reims une semaine plus tôt. Cependant, certains changements sont à noter : Tiago Ilori remplace numériquement André Biyogo Poko, souffrant des adducteurs. Ainsi, Lamine Sané glisse au poste de milieu défensif, Clément Chantôme récupère un poste de numéro 8. Devant, Isaac Kiese Thelin débute la partie sur le banc de touche, remplacé par Nicolas Maurice-Belay. Quant aux caennais, ils évoluent en 4-3-3 avec le trio Féret-Seube-N’Golo Kanté au milieu de terrain.

02 bdx

En phase de pressing, le positionnement de Caen se module plus en 4-1-4-1 qui gêne les bordelais dans la construction du jeu. Les normands montent vite sur le porteur de balle, même si leurs vingt premières minutes sont plus que délicates. Malheureusement pour eux, Lenny Nangis se fait exclure pour une vilaine semelle à la 31ème minute de jeu.

04 bdx 03 bdx

Durant la première période, cette supériorité numérique ne profite pas aux girondins. Le plan tactique est trop souvent désordonné. Clément Chantôme, habitué au poste de numéro six depuis son arrivée, et Lamine Sané sont trop souvent sur la même ligne au poste de milieu défensif. Ils coulissent parfois, quand l’un est en six l’autre est en huit, mais cela créé surtout un manque de liant entre la défense et l’attaque.

07 bdx

Sur cet exemple, le jeu bordelais est amorphe et l’image est criante. Ils sont six joueurs à réclamer le ballon dans les pieds. Il n’y a aucun mouvement vers l’avant pour tenter de bousculer ce bloc caennais. Les visiteurs réalisent quelques bonnes poussées offensives mais le jeu est trop stéréotypé. Au retour aux vestiaires, les statistiques sont claires : 5 tirs pour Caen, 0 cadré. 6 tirs pour Bordeaux, 1 cadré. Du grand spectacle en soit.

08 bdx

Willy Sagnol est un coach ambitieux. Alors, à la mi-temps, il décide de procéder à deux changements. Laminé Sané cède sa place à Abdou Traoré et Isaac Kiese Thelin remplace Maxime Poundjé. Le dispositif tactique reste le même mais Nicolas Maurice-Belay passe arrière gauche, Clément Chantôme récupère son poste de sentinelle, Abdou Traoré devient un vrai numéro huit et la paire Isaac Kiese Thelin-Diego Rolan forme le duo d’attaque. Bordeaux montre une certaine révolte. Peu après le début de la seconde période, les deux attaquants réussissent à passer la défense adverse pour se créer une opportunité en deux contre un. Mais la passe de Diego Rolan est trop mal ajustée pour qu’Isaac Kiese Thelin ne parvienne à toucher le ballon. Mais comme la situation face à Reims qui avait fait but, le duo d’attaque se retrouve en position de deux contre un.

11 bdx

L’entraîneur du FCGB pousse ses joueurs à créer le surnombre lors des actions offensives. La seconde marque de fabrique de Willy Sagnol que l’on retrouve d’un match sur l’autre, c’est cette ligne d’attaque composée de quatre éléments. C’est sur cette action que Diego Rolan coupe le centre de Nicolas Maurice-Belay et ouvre le score pour Bordeaux à vingt minutes de la fin. Cela souligne surtout le travail à l’entraînement dans des situations avec un surnombre offensif grâce à cette fameuse ligne de quatre que l’on peut revoir à tous les matches des girondins. Ce but récompense une certaine hargne des joueurs de Willy Sagnol qui poussaient fort depuis quelques instants.

10 bdx

Et copier/coller du match face à Reims, Bordeaux n’arrive pas à tenir un score. Seulement trois minutes après l’ouverture du score, Sloan Privat égalise pour Caen sur le premier tir cadré (et le seul) des locaux. Encore sur un coup de pied arrêté, encore une erreur de marquage de Nicolas Pallois, encore un Cédric Carrasso trop court. L’attaquant de Malherbe prend le dessus dans les airs sur son vis-à-vis et provoque la colère froide de Willy Sagnol.

09 bdx

En fin de match, Bordeaux pousse pour marquer le but de la victoire. A dix minutes du terme, Thomas Touré remplace Wahbi Khazri pour dynamiser les côtés. Les offensifs girondins procèdent toujours avec cette ligne de quatre. Mais c’est sur une main de Dennis Appiah dans sa surface dans l’extratime du temps additionnel que Diego Rolan transforme le pénalty pour les girondins. Trois points heureux chez un vaillant adversaire, meilleur club français en 2015.

bdx caen

Les + : 
– Les deux buts de Diego Rolan, homme du match.
– 65% de possession après 61% contre Reims : Bordeaux veut la conservation du ballon.
– La ligne d’attaque de quatre qui a porté ses fruits.
– Passes réussies pour Bordeaux : 543. A l’extérieur. Pour Caen : 136.
– Positionnement moyen des latéraux très haut. Nicolas Maurice-Belay, auteur d’un match intéressant, s’est rapidement fondu avec son poste reculé à gauche, passant la plupart de son temps dans le camp adverse.
– Coaching audacieux de Willy Sagnol qui a su sortir Laminé Sané à la mi-temps pour repositionner Clément Chantôme en numéro six et apporter du liant offensif avec Abdou Traoré.

Les – :
– Un jeu qui penche trop souvent à gauche (40%) contrairement à droite (25%). Chantôme, l’organisateur du jeu, a donné 24 ballons à Maurice-Belay (duo le plus recherché du match).
– Beaucoup de similitudes entre les deux matches offensivement et défensivement. Attention à ne pas devenir trop stéréotypé.
– Nouvelle passivité de Nicolas Pallois sur le but encaissé. Deux en deux matches.
– Pas la plus grande adversité. Caen à 10 a passé la plupart de son temps à défendre.
– Emiliano Sala, interdit de jouer contre Bordeaux, en raison d’un accord tacite entre les deux clubs.

>>> Retrouvez la première partie de l’analyse du jeu de Bordeaux avec la réception de Reims (lire ici). 

Bouton retour en haut de la page