PSG News

Blanc : « A la moindre difficulté, on lâche »

Le match à Saint-Etienne
Est-ce que c’est un chance de rejouer dès demain ? Je pense que oui. On va attendre le résultat. Il y a eu peu de temps pour rebondir. Je pense qu’on peut réellement rebondir sur ce match. C’est mon devoir d’y croire et de faire comprendre aux joueurs qu’on peut se qualifier à Saint-Etienne. 

Les matches à Montpellier et Bastia
Il y a eu deux matches officiels. Si tu analyses le match de Montpellier et de Bastia, on a fait trois bonnes mi-temps et une très moyenne. Donc je pense qu’il y a eu une prise en conscience de certains choses. Le staff technique et moi-même, nous avons des responsabilités, on les assumera comme on l’a toujours fait. Après il doit y avoir une prise de conscience des joueurs, il faudrait qu’elle arrive. Comme vous le savez, les joueurs jouent. Quand ils jouent très bien, on leur lance des louanges à juste titre. Quand ils jouent moins bien, on parle de discours de l’entraîneur qui passe moins. Il faut que tout le monde se remette en question, c’est comme cela qu’on rebondira. Après, c’est ma manière de faire. Il s’avère que c’est moi l’entraîneur du PSG, je le fais comme je le sens. (…) Dans ce match, à Bastia, il y a eu 40 minutes de très bonne facture dans la lignée de Montpellier. Là, l’état d’esprit était bon. On a été capable de le faire à Montpellier et à Bastia, avec une détermination et du jeu, ça m’a plu. Les 40 premières minutes à Bastia m’ont beaucoup plu. Il y a eu un grain de sel et ça s’est transformé en catastrophe. On a assez de joueurs expérimentés pour être rassurants et gagner le match dans ces situations là. A la mi-temps je leur ai dit “à Metz, même scénario et on a été capable de gagner 3-2”. Malheureusement, on a réveillé une équipe amorphe et elle nous a mis, par son état d’esprit et sa volonté, deux buts de plus. C’est ce que j’ai du mal à expliquer. Prenons cette défaite comme un avertissement. Je dois discuter avec les joueurs pour rebondir. Si ce n’est pas le cas, on vivra une deuxième partie de saison délicate. Il faut qu’il y ait des gens capable de dire les choses aux joueurs. Je suis là pour ça.

L’état d’esprit des joueurs
On parle beaucoup de l’état d’esprit. C’est un sujet très important pour vous. Je comprends que ça peut faire parler. Les joueurs étaient déjà là l’année dernière. Il doit y avoir une prise de conscience collective. On a encore le temps de le faire. Je me dois d’être optimiste. Si on vous écoute tous, on a peu de chance d’y arriver. On peut toujours faire une deuxième partie de saison convenable en accomplissant nos objectifs. Vous allez peut-être me prendre pour un fou mais j’y crois. Cela peut aller très vite dans un sens comme dans l’autre. (…) L’analyse, il faut la faire pendant le match. quand tu mènes 2-0, où tu domines, il faut garder l’adversaire dans cet état là. On avait l’adversaire dans notre gueule, il ne fallait pas lâcher. A la moindre difficulté, on lâche. C’est un problème mental et collectif. C’est mon avis. Tout le monde n’est pas à l’abri d’un problème mental. Je veux rappeler un match référence. Cette finale de Champions League avec le grand Milan AC qui menait 3-0 à la mi-temps face à Liverpool. Ils l’ont perdu. Quand c’est mental, ce n’est pas si facile. Quand c’est technique ou tactique, l’entraîneur et les joueurs peuvent y remédier. Quand ça touche le domaine du mental, c’est plus compliqué. Parfois ça met du temps à réagir. Les gens sont différents. C’est très compliqué pour un entraîneur. Il fallait mettre un peu plus de rigueur, pour éviter ce genre de 2ème mi-temps. C’est comme si quelqu’un avait débranché la prise, et qu’il n’y avait plus de lumière. C’est possible même avec des grands joueurs et expérimentés.

[dmvideo id=”x2ek42b” media_url=”http://www.dailymotion.com/embed/video/x2ek42b” width=”600″ height=”330″]

Cavani et Lavezzi 
J’avais dit après Bastia que Cavani et Lavezzi seraient réintégrés avec le groupe. C’est ce qu’il s’est passé dimanche. Ils sont réintégrés dans l’entraînement collectif comme on avait prévu. Pour Saint-Etienne, vous verrez s’ils sont dans le groupe ou pas. 

Thiago Silva
(La possibilité de l’écarter du groupe) est une réflexion que je dois mener. Pas les journalistes. La réponse n’est pas à vous que je dois la donner. A Montpellier, on a pas pris de buts et il était titulaire. On ne doit pas mettre la responsabilité des quatre buts à Bastia sur lui. Je pense qu’avec Thiago Silva, on peut être meilleur et devenir très fort.

Mercato
Les clubs attendent les derniers moments pour faire des affaires. Je pense c’est une mauvaise chose mais c’est la réalité. Les moyens financiers pour les clubs ne sont pas au mieux. Au dernier moment, les clubs seront peut-être plus vendeurs et moins gourmands sur le prix. Pour un entraîneur, quand il détermine ses choix, ce serait bien de recruter le plus rapidement possible. Mais, souvent, c’est le cas lors des 2/3 derniers jours. Le mercato d’hiver n’est pas très remuant, seulement sur les dernières 48 heures. Paris a une exigence très élevée au niveau du mercato. Des critères que le joueur doit avoir comme participer à la Ligue des Champions. Vous réduisez les possibilités. Et une autre financière. Il y a beaucoup de choses à respecter. Ce n’est pas si facile de trouver le joueur qui correspond à tout ça.

Bouton retour en haut de la page