PSG News

Icardi : “Pouvoir participer à la finale de C1, c’est quelque chose qui reste dans les mémoires”

Après une année 2020 compliquée, Mauro Icardi réalise un bon début d’année 2021. Depuis son retour de blessure, le numéro 9 parisien a marqué 4 buts, délivré 2 passes décisives et provoqué 2 penaltys. Dans une vidéo publiée sur le site officiel du PSG (réalisée avant le Clasico face à l’OM), Mauro Icardi a répondu à certaines questions des supporters parisiens. Il revient notamment sur son meilleur souvenir au PSG, son rêve d’enfance et son retour à la compétition. Extraits choisis.

Quel était ton rêve quand tu étais petit ?

Icardi : Je pense que mon rêve était de devenir un joueur de football. Depuis que je suis très jeune, j’ai quitté la maison pour suivre un rêve qui était de jouer au football. Je pense qu’aujourd’hui j’ai pu réaliser ce rêve, et j’ai encore beaucoup d’autres rêves à réaliser.”

Quel est ton plus beau souvenir depuis ton arrivée au PSG ?

Icardi : “Je suis à Paris depuis un an et demi maintenant, et je pense que chaque moment que j’ai vécu, chaque match, chaque but que j’ai marqué sont des moments inoubliables et des moments dont on se souvient. Je pense que de pouvoir participer à la finale de la Ligue des champions, c’est quelque chose qui reste dans les mémoires. Même si ne nous l’avons pas gagné. C’est quelque chose d’inoubliable pour chacun des joueurs.”

Tu reviens bien depuis ta blessure, comment l’as-tu vécu et comment te sens-tu maintenant ?

Icardi : La blessure était une chose difficile. Deux mois et demi se sont écoulés, c’est quelque chose de très difficile pour un joueur, mais j’ai pu revenir de la meilleure façon avec des buts et en aidant l’équipe. Alors aujourd’hui, je me sens bien, je suis guéri et je suis en confiance.”

Quels joueurs te font le plus rire dans le vestiaire ?

Icardi : Il y a un groupe sympa. C’est un groupe dans lequel tout le monde, au-delà des langues et des différentes cultures, est très proche. C’est un groupe dans lequel on fait beaucoup de blagues dans le vestiaire, à l’extérieur, quand on se réunit, même sur le terrain parfois, et à la fin c’est ce qui crée le lien que nous avons et il n’y en a pas un en particulier. Mais la vérité c’est qu’ils sont tous aussi drôles les uns que les autres.”

Bouton retour en haut de la page