Uncategorized

PSG-Bordeaux 1-2 (0-0) 22/08/10

Bordeaux réussit le hold-up parfait. Le PSG peut regretter ses nombreuses occasions manquées et des erreurs coupables sur coups de pieds arrêtés. Dommage, le public n’est pas récompensé.

Robin Leproux doit sûrement s’en mordre les doigts. Avec un peu plus de réussite, le PSG aurait pu l’emporter ce soir contre Bordeaux au terme d’un match très spectaculaire et haletant, et vivre ainsi une soirée quasi-parfaite. Car le public du Parc était cette fois plus nombreux. Environ 30.000 spectateurs avaient bravé le plan sécurité pour supporter les Rouge&Bleu. Le Parc a poussé mais n’a pas été récompensé. Nul doute que le président du PSG aurait profité de l’occasion (très belle) de noter l’embellie dans un Parc pacifié. Il n’en sera rien.

Pourtant, ça faisait un petit moment que l’on n’avait pas vu une équipe de Paris aussi virevoltante et se créant un max d’occasions. Si Bordeaux met le pied sur le ballon en première mi-temps, les joueurs de Jean Tigana n’arriveront jamais à inquiéter Coupet. Au contraire, ce sont les Parisiens qui se montrent très dangereux. Lancé par Bodmer, Hoarau trouve Carasso sur son chemin (11′), puis après un une-deux avec Nenê, Ceara ne trouve pas le cadre sur son tir des 18 mètres (14′). Mais c’est sur un coup-franc de Nenê que l’on croit à l’ouverture du score, malheureusement, Sessegnon seul au deuxième poteau ne cadre pas sa reprise du plat du pied (23′).  Mais que dire encore du duel Erding-Carasso que l’attaquant parisien ne remporte pas alors que le but est grand ouvert (34′) et de sa tête que le portier bordelais détourne en corner au prix d’une belle parade (45+1) ? Les Bordelais peuvent remercier leur gardien et les parisiens s’en vouloir pour toutes ces occasions manquées.

Dominer n’est pas gagner

Re-belote en deuxième mi-temps. Paris est très dangereux mais pêche dans la finition ou par individualisme. Erding oublie Nenê seul devant le but (55′). Il sera remplacé quelques minutes plus tard par Giuly. Et ce qui devait arriver arriva. A force de vendanger, Paris se met en danger. C’est sur un corner de Plasil que Diarra, laissé seul au deuxième poteau ouvre la marque (0-1, 66′). Paris va reprendre sa marche en avant et égaliser quelques minutes plus tard grâce à Hoarau servi devant le but par Giuly (76′). Le Parc va même espérer  la victoire car le PSG pousse à nouveau. Mais quelques occasions encore ratées plus tard , c’est finalement Gourcuff qui sert Ciani, encore sur corner, pour le hold-up parfait (1-2, 90+4).

Dommage. Cette défaite qui sonne comme un coup d’arrêt n’est pas vraiment méritée mais les joueurs d’Antoine Kombouaré ne peuvent s’en prendre qu’à eux-mêmes. Inefficaces devant le but et coupables d’errements en défense, ils abandonnent trois points assez bêtement. On a l’impression que les années passent et que l’histoire se répète !

Bouton retour en haut de la page