PSG NewsRevue de presse

Revue de presse PSG : Lorient, Pochettino, Verratti, Marseille, Innocent…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce dimanche 31 janvier, jour de match au Moustoir de Lorient (15h/ Téléfoot Stadium 1). Ce sera sans Ander Herrera (reprise), Marquinhos (adducteurs), Keylor Navas (côtes), Juan Bernat (reprise), Abdou Diallo ni Marco Verratti (Covid). Le staff connait lui aussi des défections pout cause de Covid : Miguel d’Agostino et Sebastiano Pochettino sont isolés.

“L’un des premiers effets Pochettino sur le jeu du PSG repose sur une animation offensive plus variée, moins dépendante du duo Neymar-Mbappé”, écrit L’Equipe. “Plus de joueurs impliqués, d’autres circuits et d’autres automatismes esquissent les contours de ce que désire le nouveau coach, ce qu’il demande de reproduire parfois en fin de séance sans opposition, avec le onze qu’il entend aligner le match suivant. […] L’animation offensive du PSG fait plus de place à Di Maria. Théoriquement positionné à droite de l’attaque dans le 4-4-2 de Pochettino, l’Argentin revient souvent dans le cœur du jeu et offre de nouveaux circuits. […] Dans cette nouvelle configuration, Icardi semble revivre, comme s’il était moins isolé.

Le PSG attaque “un marathon” de 7 matches en 22 jours, dont le 8e de finale aller de C1 à Barcelone observe le journal sportif. Au programme domestique : Lorient, Nîmes, Marseille, Caen, Nice et Monaco. “Une manière de préparer le Camp Nou ? Grâce au double pivot Verratti-Paredes, Paris a assis sa maîtrise technique. Mais le duo n’a jamais été mis sous pression. En l’absence de l’Italien, Gueye aura une vraie carte à jouer tout à l’heure”, lit-on. “Dans tous les cas, s’il veut installer cette animation, le staff devra faire des ajustements défensifs conséquents. Des garanties autour de l’état d’esprit des éléments offensifs à la perte du ballon seront ainsi demandées. D’ici au 16 février, la montée en puissance de certaines individualités – Di Maria, Mbappé… –, ou la confirmation du come-back d’autres – Icardi, Kurzawa – seront également épiées.”

Du côté du Parisien, on parle de “premiers tracas” pour Pochettino avec un staff et un effectif réduits. Marco Verratti “était proche d’un record. S’il avait débuté et joué 90 minutes face aux Merlus, il aurait enchaîné 8 matchs entiers sous le maillot parisien. Du jamais-vu pour lui depuis son recrutement en 2012. Mais un test positif au Covid vient gâcher l’excellent état de forme de Verratti, homme clé du jeu prôné par Pochettino. D’abord placé comme électron libre, organisateur, presque n°10, le Petit Hibou a su satisfaire les demandes du nouveau coach. Repositionné dans un milieu à deux avec Paredes, l’Italien retrouve un rôle plus classique mais tout aussi important dans les constructions offensives. Dans le meilleur des cas, il pourrait revenir dans le groupe face à l’OM, dimanche prochain. En attendant, Pochettino devra choisir entre Gueye et Danilo pour accompagner Paredes. Reste une dernière option : Rafinha. Le Brésilien ressemble le plus à Verratti. Mais son profil, encore plus offensif, se heurte à la présence de quatre attaquants devant lui.”

“Après le déclic, éviter la claque face au PSG”, c’est le titre qu’on peut trouver dans Ouest France concernant le FC Lorient. “Forts de leur succès vital contre Dijon (3-2), les Merlus s’attaquent à l’Everest parisien. Dans quel état physique, alors qu’ils se remettent tout juste du Covid-19 ?”

Et puis Marseille est en état de choc, car une semaine avant la réception du PSG des violences et un départ de feu au centre d’entraînement de l’OM ont provoqué le report du match contre le Stade Rennais. Samedi, en début d’après-midi, 300 supporters phocéens en colère se sont présentés à la Commanderie derrière une banderole “Cassez-vous”, qui en rappelait une autre visible en ville : “Les Parisiens, cassez-vous”. L’AFP raconte : “Une partie des ultras sont entrés dans l’enceinte du centre, y compris dans le bâtiment du groupe professionnel. Ils auraient lancé des pierres en direction du bus des joueurs, dont certains étaient sur place. L’intervention de policiers envoyés en renfort a permis de mettre fin aux dégradations, d’après la préfecture.” Jacques-Henri Eyraud, président particulièrement visé, a parlé de “sidération”. Álvaro González aurait reçu un projectile. 25 interpellations ont été réalisées. “JHE s’est dit prêt à repartir au combat. Mais à une semaine du Classique contre le PSG, la rupture est totale. Y compris chez les rares joueurs irréprochables dans le marasme actuel”, commente le JDD. “Une crise sportive ne peut en aucun cas justifier un tel déferlement de violence”, estime Mandanda, qui appelle à “l’apaisement”. Le roc Álvaro González exige de son côté qu’un tel déchaînement “ne se reproduise plus jamais”. Hier soir, Frank McCourt n’avait pas réagi. D’après Eyraud, le propriétaire américain est “évidemment très déçu” et “ne comprend pas”. Voudra-t-il encore rester longtemps dans une ville qui ne veut plus de lui ?”

Autre choc, samedi, Garissone Innocent, jeune gardien de but (20 ans) prêté à Caen par le PSG qui a fait un malaise à la 86e minute du match à Beauvais contre Chambly (4-2). “Terrassé par ce qui pourrait être une crise de tachycardie et tombé les bras en croix sur le terrain en toute fin de match, Garissone Innocent a été pris en charge sur place pendant de longues minutes et a été transporté, après avoir repris conscience, à l’hôpital de Beauvais où il devait passer la nuit”, rapporte le Courrier Picard.

Bouton retour en haut de la page