PSG News

France Football et le rachat du PSG par QSI

France Football propose ce mercredi un long dossier sur l’acquisition du PSG par QSI en 2011. L’hebdomadaire propose une sorte de plongée dans le monde des affaires. On retiendra les réponses de QSI pour lever quelques vagues doutes :

“Le montant exact versé par QSI à Colony Capital pour racheter 100% des actions du PSG ? Nous avons un engagement de confidentialité à cet égard avec Colony. Nous pouvons cependant préciser que le club a été racheté sans dette et avec des capitaux propres positifs. Pourquoi avoir procédé à une acquisition en deux temps, d’abord 70% en juin 2011, puis 30% quelques mois plus tard en mars 2012 ? Cette structure du deal était nécessaire pour faciliter la transition et également pour permettre à Colony de valoriser sa sortie du capital après une période d’appréciation de la valeur. Les négociations se précisant, il apparut compliqué de valoriser la valeur ajoutée de Colony dans ce dispositif et les parties ont jugé plus simple de se mettre d’accord sur une valeur fixe et un terme d’exercice plus proche. La SESE (Société d’exploitation sports et événements) ? La SESE n’a jamais été un enjeu des négociations entre Colony et QSI. Colony n’avait pas d’intérêt à conserver cette société dès lors que le PSG négociait avec la Ville de Paris un bail emphytéotique. De plus, au moment du rachat de la SESE, il ne restait plus qu’un an de contrat entre la SESE et la Ville et cela constituait l’essentiel des actifs de la société !”

Et les sept atouts (que Canal Supporters avait listé avant le rachat) du PSG qui ont fait pencher la balance vers le club de la capitale :

“En ce qui concerne le PSG, QSI a passé en revue trois Championnats européens et une à deux équipes par Championnat. Il en a résulté que le PSG offrait un intérêt particulier car : 1/c’était l’unique club de football de haut niveau sans concurrent dans une grande capitale européenne. 2/c’était Paris avec le potentiel mondial que représente cette ville, qui est aussi une marque mondiale porteuse de valeurs éthiques et esthétiques et l’une des villes les plus belles et les plus touristiques du monde. 3/Le club portait le nom PARIS dans sa marque ainsi qu’une représentation de la tour Eiffel. 4/le club avait un véritable potentiel de croissance sportive, médiatique et économique avec une base de fans très solide. 5/le club était jeune (environ 40 ans) et n’avait pas encore un grand palmarès sportif par rapport aux grands concurrents européens. 6/Paris avait besoin d’une grande équipe de niveau européen. 7/il existait clairement à Paris une opportunité de construire rapidement une des plus grandes franchises/marques de sport mondiale s’appuyant sur ce que Paris représente dans le monde et sur le sport le plus populaire du monde.”

Bouton retour en haut de la page