PSG NewsSupporters

[ITV CS] Bonnet : “Il faut tourner la page du Plan Leproux”

Le Conseil de Paris a adopté un plan de prévention et de dialogue avec les supporters, ayant pour objectif de construire une convention tripartite locale. Cela vaut pour le PSG, club qui a rompu le dialogue avec ses supporters depuis le plan de pacification. Canal Supporters a interrogé Nicolas Bonnet-Oulaldj, élu PCF de Paris, à l’origine de ce plan. Le Paris Saint-Germain, la Préfecture de police de Paris et des représentants des supporters autour d’une table avec la Ville de Paris, c’est ce qui doit arriver. Explications.

“La maire de Paris et le Préfet de police ont présenté lors de ce conseil de Paris le nouveau contrat parisien de prévention et de sécurité dans lequel figure une fiche action concernant la lutte contre la violence dans le sport. Les mesures d’évaluation, au Parc des Princes par exemple, ne se faisaient qu’à partir des IDS. Il m’apparaît important que l’on fasse évoluer les choses en matière de supportérisme, notamment à Paris. Depuis la mort de Yann Lorence, il y a eu le plan Leproux, il fallait le faire. Mais il fallait le faire avec un volet de prévention et du dialogue avec les associations de supporters. Sans dialogue, on repousse les problèmes à l’extérieur du stade comme on l’a vu avec le Trocadéro, ou le PFC/Red Star. Il y a une demande de supporters responsables. Il ne faut pas faire un amalgame supporters = hooligans. Il faut faire le tri entre les personnes violentes identifiées et ceux qui aiment le club pour permettre l’animation des tribunes. C’est un enjeu culturel et populaire. On a une enjeu de taille : est-ce que le Parc des Princes est un lieu de consommation de spectacle ou est-ce que le Parc des Princes est un lieu populaire avec des animations, des tifos, des chants ? Mon second concerne les prix et ce supporter qui s’est fait expulser. Ce n’est pas acceptable. La liberté existe aussi. Il y a un dialogue à créer. La maire de Paris a accepté d’organiser une table ronde pour recréer le dialogue. J’entends qu’il y a des supporters qui veulent dialoguer et qui pour l’instant ne sont pas écoutés par le club. Ce n’est pas la Ville de Paris qui va recréer des associations, ce n’est pas à elle de le faire. Mais on a un enjeu politique parce que c’est important pour un club, c’est un lien. Pourquoi pas aboutir à une convention tripartite entre le PSG, Ville/Préfecture et les supporters sur la prévention. Il faut tourner la page du Plan Leproux. Il faut tourner la page de la répression et construire l’avenir. Le Parc des Princes reste un lieu public, et la Ville de Paris a son mot à dire. Il appartient toujours à la Ville.”

Bouton retour en haut de la page