OpinionPSG News

[ITV CS] Laurent Fournier : “Pastore, c’est difficile de s’en priver”

Laurent Fournier, c’est l’œil de l’expert, c’est l’analyse que nous proposons chaque semaine. Parlons équipe-type ce jeudi avec l’ancien joueur et entraîneur du PSG.

Canal Supporters : Quel est selon toi le meilleure onze possible du PSG ? Quelle équipe faudrait-il aligner face à Chelsea par exemple ?

Laurent Fournier : Sirigu dans les buts. Derrière à droite Marquinhos, c’est le meilleur défensivement même s’il n’a peut-être pas offensivement la qualité de centre d’un van der Wiel. Il a toujours été bon cette saison. A Saint-Etienne, il a montré qu’il était solide. Et face à Chelsea, il faudra être solide. Il ne faut pas encaisser de but à l’aller. Même un 0-0 peut être envisageable parce que le PSG a les arguments pour marquer à Stamford Bridge. Avec lui Thiago Silva, David Luiz et Maxwell. On reste dans la logique. Au milieu de terrain, il y a le cas Pastore. C’est le plus compliqué parce qu’il est difficile de s’en priver. Je garde Verratti-Motta-Matuidi et devant j’aligne Pastore avec Cavani et Ibrahimovic. Pastore plutôt que Lucas ? Oui parce que face à Chelsea, il peut y avoir un gros combat au milieu, et Pastore peut apporter des solutions, faire des différences. Chelsea va vouloir faire un gros pressing sur le PSG. Après, il est possible de faire entrer Lucas pour apporter de la vitesse, de la profondeur. Par contre, je ne veux pas voir Matuidi sur le côté gauche, ça ne sert à rien. Ce sont les trois offensifs qui doivent gérer le travail sur la largeur. A eux de s’entendre sur les phases de replacement.

Canal Supporters : Quand on est le PSG, on doit parfois s’adapter à l’adversaire ou imposer son jeu ?

Laurent Fournier : Il faut connaître l’adversaire et imposer son jeu ! Le PSG n’a aucune raison d’avoir peur de quiconque. Il y a la qualité et l’intelligence de jeu. Si on rentrait avec cet état d’esprit à mon époque ? Oui. On avait nos petites fiches réalisées par Bats sur les adversaires, peu de vidéo, ce qui ne nous empêchait pas de gagner. Ce qui est important, c’est le harcèlement au milieu de terrain pour se projeter rapidement vers le but adverse. On n’hésitait pas à aller au pressing parce qu’on savait aussi que si on se loupait, il y avait Ricardo, Roche ou d’autres pour rattraper ça. La qualité défensive est importante. Le PSG d’aujourd’hui peut faire ce même pressing en sachant que la défense est solide. Je trouve que le PSG faisait ce travail de récupération plus haut la saison dernière. Ils le font plus bas cette saison, du coup il y a plus d’efforts à faire, et cela se paie par un manque de lucidité.

Bouton retour en haut de la page