Champions LeagueChampions LeaguePSG NewsRevue de presse

Revue de presse PSG : Barcelone, Mbappé “atomique”, notes…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce mercredi 17 février 2021, lendemain de victoire tranchante 4-1 sur la pelouse du Camp Nou de Barcelone dans le cadre des huitièmes de finale aller de l’UEFA Champions League.

“Quel récital ! Un triplé de Kylian Mbappé a permis au PSG de gifler Barcelone (4-1) et d’effacer la douloureuse “remontada” de 2017. Comme une passation de pouvoir”, publie l’AFP. “Evidemment, l’histoire a montré qu’avec Paris et Barcelone, il ne faut pas crier victoire trop tôt. Mais malgré les absences sur blessure d’Angel di Maria et Neymar, Paris a livré un match complet, physiquement et mentalement, se montrant digne de son rang de vice-champion d’Europe 2020.

“Quatre ans après la remontada, un PSG impressionnant a corrigé Barcelone sur ses terres. Il doit désormais finir le travail, le 10 mars”, écrit L’Equipe. “Si, après ça, le Paris-Saint-Germain ne se qualifie pas pour les quarts de finale de la Ligue des champions, il faudra vraiment envisager d’arrêter le football. Imaginer que les champions de France prennent leur revanche n’était pas illusoire, mais qu’ils giflent le club catalan avec autant de violence, qu’ils l’humilient dans de telles proportions, qu’ils matent le génie Lionel Messi comme on expédie au coin un petit garçon, à la face de l’Europe entière et sans Neymar et Di Maria, relevait davantage de la fiction ou du fantasme. Hier soir, la réalité les a très nettement dépassés et le PSG, grâce à une formidable force collective et à un triplé d’un Mbappé atomique, s’est quasiment offert son carton d’invitation pour revenir au printemps.”

“C’était le genre de soir où tout peut prendre des proportions folles, pour le pire comme pour le meilleur. Kylian Mbappé se savait attendu au tournant pour sa découverte du Camp Nou. Pour ces retrouvailles entre le PSG et le Barça sur les terres de la remontada, dans un pays qui guette le moindre de ses gestes dans l’attente fébrile d’une arrivée prochaine, l’attaquant jouait gros en l’absence de Neymar, observe L’Equipe. “Hier, dans l’arène de Messi, Mbappé a répondu en mondovision, et comment. Auteur d’un tonitruant triplé, il a réussi sa meilleure prestation européenne sous le maillot parisien et tient enfin son match référence. […] Hier, on jurerait que l’option « prolongation » de contrat a marqué quelques points.”

  • Les notes de L’Equipe pour les joueurs du PSG : Navas : 6. – Florenzi : 7. – Marquinhos : 8. – Kimpembe : 7. – Kurzawa : 6. – Gueye : 5. – Paredes : 7. – Verratti : 8. – Kean : 7. – Icardi : 6. – Mbappé : 9.
  • Les notes du journal Le Parisien : Navas : 5,5. – Florenzi : 6. – Marquinhos : 7,5. – Kimpembe : 7,5. – Kurzawa : 7. – Gueye : 5. – Paredes : 7,5. – Verratti : 8,5. – Kean : 8. – Icardi : 7. – Mbappé : 10.

“Les Parisiens ont détruit Barcelone. Dans trois semaines, au Parc des Princes, le 10 mars, ils devront simplement valider une qualification qui leur tend les bras. Mbappé, auteur d’un triplé, a été stratosphérique”, constate Le Parisien. “Pas besoin de remontada le 10 mars. Le PSG est sur orbite pour une qualification en quart de finale de la Ligue des champions, après avoir dominé dans les grandes largeurs Barcelone au Camp Nou, ridiculisant par moments le mythique club catalan, qu’il a détruit gentiment, méthodiquement, patiemment. Au fond, c’est le seul regret à l’issue de cette démonstration, le résultat n’indique pas vraiment l’écart entre les deux équipes car le club de la capitale aurait pu en passer peut-être le double, en mêlant la gourmandise au réalisme. Le PSG de Mauricio Pochettino, dont il s’agit du premier coup d’éclat majeur, s’est révélé infiniment supérieur au Barça de Ronald Koeman, qui va vivre des heures mouvementées, entre une presse furieuse, une élection présidentielle où il va devenir un sujet central de promesses politiques dans le sens de la destitution et un retour où il escomptera un miracle pour survivre dans la compétition. A ce titre, il serait bien qu’une fois dans sa vie, quand il a détruit son adversaire à l’aller et que ne rôde aucun danger, le PSG se qualifie tranquillement pour le tour suivant.”

Bouton retour en haut de la page