Articlesfil infos

Ospina sauve Nice d'une défaite

Au coup d’envoi de ce PSG-Nice, le club parisien restait sur 5 matches sans avoir encaissé le moindre but et avait pour objectif, en cas de victoire, de truster la troisième place du podium de Ligue 1. Seulement voilà, comme à son habitude, le club de la capitale n’a pas su saisir l’occasion de faire un bon au classement. Deux raisons à cela : un David Ospina des grands jours et l’enchaînement des matches qui commencent à peser dans les jambes.

C’est donc devant près de 20 000 personnes que l’arbitre, Mr Ledentu (auteur d’une prestation décevante), siffle le coup d’envoi de la rencontre. Si Daniel Ljuboja sonne le démarrage des hostilités avec un bon coup-franc parfaitement capté par Edel à la 9ème minute, ce sont les Parisiens qui vont par la suite se créer les meilleurs occasions. Une belle frappe de Jallet (11e), une frappe à bout portant d’Hoarau (27e), une belle tête toujours de Hoarau (33e) puis de Erding (42e), Ospina repousse tout et permet à son équipe d’atteindre la pause sans avoir encaisser le moindre but.

Au retour des vestiaires, ce sont les Aiglons qui vont se montrer dangereux. Faé (49e), Mounier (52e) et Ljuboja (65e)vont tour à tour buter sur le portier parisien. Bien regroupé en défense, les Niçois laissent peu d’espaces à l’attaque parisienne. Le temps passe et Antoine Kombouaré se décide à effectuer quelques changements. Sessegnon remplace Giuly, Luyindula prend la place d’un Erding en crise de confiance et Clément suppléé Chantôme, pourtant meilleur parisien sur le terrain ce soir. L’effet est immédiat. Sessegnon et Nêné combinent parfaitement, le premier offrant un centre parfait suite à un double contact au deuxième qui tombe une nouvelle fois sur un Ospina bien inspiré (85e). Malgré une ultime tentative de l’international béninois (87e), le Paris Saint-Germain doit se contenter du point du match nul.

On a senti les organismes fatigués après 3 matches en 8 jours. La trêve internationale devrait faire le plus grand bien à des Parisiens qui affronteront Toulouse dans 15 jours au Stadium. D’ici là, on espère que le PSG aura réglé ses problèmes de finition et de réalisme.

Bouton retour en haut de la page