PSG News

A la découverte du PSG Fan Club du Costa Rica

Canal Supporters vous propose de partir à la découverte des différents “Fan Club du PSG” en France et à l’international. Après Londres (lire ici), après la Normandie (voir ici), après New York (ici), Quebec (ici), et Singapour, l’Indre, direction le Costa Rica avec Daniel Calvo Marin !

Au Parc des Princes

Canal Supporters : Peux-tu nous raconter ton histoire personnelle avec le PSG ?

Daniel Calvo Marin : Au Costa Rica, tout enfant né avec le désir d’être footballeur. Je suis né en 1989, je ne me souviens donc pas des Coupes du monde 90 et 94. Par contre, je me souviens de 1998, des Roberto Carlos, Ronaldo, Rivaldo, Cafú face aux Barthez, Zidane, Djorkaeff, Deschamps. J’étais déçu du résultat parce que j’étais pour le Brésil. Mais je me suis demandé d’où venaient ces joueurs capables de battre mon Brésil. Ainsi a débuté mon admiration pour le football français. J’ai commencé à m’intéresser au championnat, aux équipes, aux joueurs, aux mouvements. A cette époque, le Costa Rica n’était pas aussi connecté qu’aujourd’hui. On accédait au football international avec le Mondial. Avec la qualification du Costa Rica à la Coupe du monde 2002, le football est devenu notre pain quotidien. Les championnats internationaux, la Ligue des champions, etc. ont commencé à être diffusés. En 2002, j’étais toujours pour le Brésil. Et c’est là qu’un but de Ronaldinho contre l’Angleterre m’a lié au PSG. A ce moment j’ai décidé de supporter le PSG en France. Mes amis me demandaient comment j’allais faire pour suivre le PSG, ils me disaient que c’était un club sans histoire contrairement à Marseille qui avait gagné la C1. Mais ma décision était prise, c’était l’équipe de Ronaldinho et de la capitale, ça voulait dire beaucoup pour moi. J’ai suivi l’équipe par internet. Mais j’ai pris peur. Le PSG ne gagnait pas la Ligue 1. Il remportait des coupes nationales lors de mon époque au lycée et à l’université. Le PSG n’était pas la meilleure équipe que j’aurais pu soutenir. La passion ne comprend pas les défaites. Mais j’avais déclaré mon amour à Paris et je n’allais pas laisser tomber. Il y avait des pointures qui donnait du niveau, comme Heinze, Gallardo, le Juanpi Sori, et Yepes, des sud-américains. Mais même comme ça, on n’arrivait pas à triompher, et ça faisait souffrir. De mon point de vue, une ville comme Paris méritait une équipe qui lui fasse honneur. Et c’est arrivé, comme on le sait, avec QSI. Le PSG est devenu un club que beaucoup veulent soutenir. Mais peu osent. J’aime voir le PSG dans la lumière. On est au top en France, et bientôt en Europe, je le sais.

CS : Combien de membres au sein du PSG Fan Club du Costa Rica ?

Daniel : Nous disposons de 6 moyens principaux de communication avec nos fans. Facebook avec un page publique et un groupe privé, Twitter, Instagram, Whatsapp, et les réunions. Membres actifs et inscrits avec le PSG via le programme MyParis, nous sommes 27. Pour autant, en comptant les suiveurs actifs c’est environ 400. Sur le groupe privé Facebook, on est 6000. Il est devenu un point de rencontre des sud-américains.

CS : Quelles sont vos activités ? Comment vivez-vous les matches ?

Daniel : ESPN diffuse les matches de Ligue 1. Ce qui est compliqué, ce sont les horaires des matches. C’est compliqué de pouvoir créer des réunions de fans. Les matches de L1 sont le week-end très tôt. Et la Champions League tombe en semaine dans des heures de travail. Mais quand l’occasion se présente bien, on a notre bar, le “Breathe” à Moravia, une petite ville proche de San José, la capitale.

CS : Les touristes peuvent-ils se joindre à vous ?

Daniel : Il y a environ 900 résidents français dans le pays selon les chiffres officiels. Mais on sait par nos amis de l’Alliance Française qu’ils sont plus nombreux. Ce n’est pas qu’ils peuvent venir avec nous voir les matches, c’est qu’ils sont la raison de notre existence. Arno Tiratanga est le fondateur et président honoraire du Fan Club. Il l’a crée en 2015 quand il vivait dans le pays. Notre Fan Club a des racines françaises. Les supporters français seront toujours les bienvenus.

CS : Le PSG parvient-il à se faire une petite place au Costa Rica ?

Daniel : Le travail pour faire connaître le Fan Club a été difficile. En termes de football européen, nous sommes influencés par la Liga. Le pays se polarise sur ce championnat, et la présence de Keylor Navas au Real Madrid est un facteur important. Cependant, ces derniers temps via notre communication on remarque qu’il y a beaucoup de fans de Paris. Et depuis un certain temps. C’est une grande satisfaction pour nous de leur permettre de montrer leur affection pour le PSG sans complexes.

CS : Le passage de Shirley Cruz au PSG a-t-il eu son importance ?

Daniel : Bien sûr ! Le football féminin est ce qu’il est au Costa Rica grâce à elle. Grâce à Shirley Cruz il y a eu une première historique ici, la diffusion à la télévision de la finale de la Champions League sur une chaîne nationale. La défaite nous a fait mal. Et qu’elle sorte aussi. Mais ce qu’elle a réussi à faire nous a marqués. On ne voit pas énormément de maillots du PSG dans les rues. Mais certains portent son nom, pas celui de stars comme Mbappé ou Neymar.

CS : Comment rejoindre le PSG Fan Club du Costa Rica ?

Daniel : Le mieux, c’est par les réseaux sociaux : http://facebook.com/psgfanclubcr, http://instagram.com/psgfanclubcr, http://twitter.com/psgfanclubcr.On communique à travers eux. C’est ouvert à toute personne voulant soutenir le PSG. Ainsi on a crée le premier groupe qui a voyagé, c’était pour voir le PSG-Liverpool. Vous pouvez aussi être informé avec www.psgfanclubcr.com ou écrire à daniel.calvo@psgfanclubcr.com.

Bouton retour en haut de la page