PSG NewsRevue de presse

Revue de presse PSG : Montpelier, CDF, Mbappé, Neymar, Camavinga, JO, Kimpembe…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce mercredi 12 mai 2021, jour de demi-finale de Coupe de France à la Mosson de Montpellier (21h/Eurosport 2).

“Bien sûr, le titre de champion n’est pas encore perdu, mais le PSG compte trois points de retard sur Lille à deux journées de la fin de la Ligue 1 et dépend d’un éventuel tremblement de la main, ou du pied, de son rival à l’heure de conclure. Pour l’instant, la spirale de l’échec entraîne plutôt l’équipe de Pochettino vers le fond, écrit l’AFP. “Le risque de terminer la saison bredouille, à l’exception du modeste Trophée des champions remporté en janvier contre Marseille (2-1), existe. D’autant que Montpellier, distancé dans la course à l’Europe en L1, est déterminé à aller au Stade de France et à offrir une sortie triomphale à son entraîneur sur le départ après quatre ans de service.”

“Messieurs, soyez géants!”, lance le Midi Libre aux joueurs du MHSC. “Éliminé en C1 par Manchester City il y a huit jours, en ballottage défavorable face à Lille en L1, Paris a tout à perdre. Ses nerfs n’ont pas attendu, à l’image de Kimpembe, expulsé en Bretagne, lit-on. “Ce soir, le PSG cherchera à sauver la face.” Ou encore : “Y croire intimement est la condition première de l’exploit. Cerise sur le gâteau, la France provinciale rêvera secrètement d’un Waterloo parisien. Sur le papier, ces derniers raflent les pronostics. Mais dans la tête des Pailladins, le doute est permis. Mentalement vôtre.”

Le PSG “peut encore sauver en partie sa saison en remportant pour la 14e fois la Coupe de France, mais il peut aussi la clôturer sans trophée majeur”, observe L’Equipe. “Pour un club dimensionné pour la Ligue des champions chaque saison, avec Neymar et Mbappé dans ses rangs et un budget annuel de plus de 650M€, cet échec constituerait un sacré raté. Qui plus est la saison où QSI fête ses dix ans comme propriétaire du club. Il n’est pas incongru d’imaginer que Nasser al-Khelaïfi rêvait d’un autre cadeau. À l’échelle de la décennie écoulée (7 titres de champions, 5 Coupes de France et 6 de la Ligue), cette année blanche, ou quasi, pourrait presque être comparée à la saison I du PSG version Qatar. En 2011-2012, le club de la capitale n’avait rien glané. Même lors du traumatisant exercice 2016-2017, avec la remontada et la perte du titre, le PSG d’Unai Emery avait su triompher dans les deux Coupes nationales. C’était insuffisant mais cela pouvait s’assimiler à des lots de consolation.”

Le Parisien estime que le PSG “ne peut plus se passer de Mbappé”, d’autant plus que l’attaquant est la “plus fine gâchette tricolore d’Europe” et “le Monsieur Plus”. “Non content d’être décisif en moyenne toutes les 80 minutes, sa rage, affichée le mois dernier face à Saint-Étienne quand il a fallu sortir Paris de l’ornière, confirme qu’il devient le leader dont Paris a si besoin. Un rôle que Neymar, aussi talentueux soit-il, ne semble pas en mesure de lui contester”, lit-on. “Avec lui, Paris ne gagne certes pas à tous les coups. Mais quand il n’est pas au coup d’envoi, le PSG ne remporte que 54% de ses matchs sur la scène nationale.” Sans cesse sollicité en club et en sélection dans un calendrier surchargé, Kylian Mbappé a très peu de chances de participer aux JO de Tokyo l’été prochain, aussi excitant soit le rendez-vous. Même si l’attaquant du PSG de 22 ans figure – comme Colin Dagba habitué des espoirs ou Arnaud Kalimuendo – dans une liste élargie de 86 noms pour les Jeux Olympiques, on ne verra à priori pas KM au Japon du 22 juillet au 7 août. Le PSG s’y oppose, rapporte d’ailleurs Le Parisien. Logique puisque le joueur n’a déjà pas coupé l’été dernier et n’aurait que onze jours de récupération entre l’Euro 2021 et les JO si les Bleus allaient au bout du Championnat d’Europe des nations. Aujourd’hui il y a donc bien peu de chances de voir sur la liste de Sylvain Ripoll (18 joueurs + 4 réservistes) fin juin le champion du monde 2018. Quid de Dagba et de Kalimuendo ? Même traitement, ils seront retenus par le PSG, assure le média francilien. D’autant plus que le club n’est pas contraint par les règlements à libérer ses joueurs pour les JO. Ce qui vaudrait aussi pour Neymar qui a remporté les JO en 2016 et participé aussi à ceux de 2012.

Ces derniers jours, le nom d’Eduardo Camavinga est revenu dans l’actualité du PSG. Le jeune milieu de terrain du Stade Rennais (18 ans) plaît énormément à Leonardo. Le directeur sportif parisien a profité du voyage du PSG à Rennes pour discuter longuement avec son homologue rennais, Florian Maurice – qu’il a côtoyé pendant quelques semaines au PSG en 1997 – au sujet de l’international français, informe l’EquipeMême si Leonardo ciblerait en priorité un joueur expérimenté pour renforcer son milieu de terrain, comme Georginio Wijnaldum (30 ans) en fin de contrat avec Liverpool, “la situation contractuelle de Camavinga, lié au Stade Rennais jusqu’en juin 2022, et son potentiel interpellent le dirigeant parisien“, assure le quotidien sportif. Le Bayern Munich serait intéressé par Camavinga, mais ne voudrait pas débourser plus de 25 millions d’euros pour l’international français, qui était évalué à 60 millions d’euros la saison dernière. Rennes est vendeur et ne réclamerait plus cette somme assure l’EquipePour faire venir Eduardo Camavinga, le PSG “songerait à proposer des joueurs pour faire baisser le prix de la transaction avec Rennes,” ajoute le quotidien sportif.

Enfin, pour rappel, Presnel Kimpembe a écopé hier de quatre matchs de suspension dont un avec sursis. Au mieux il pourra rejouer le 23 mai face à Brest lors de la 38e journée de Ligue 1, soit le dernier match de la saison. Mais pour cela le PSG doit se qualifier ce soir à Montpellier. “Je trouve complètement incohérent qu’une faute de jeu soit sanctionnée de cette manière en fin de championnat, c’est la plus grosse sanction pour une faute de jeu cette saison, a fait savoir Leonardo à l’AFP. Il est en retard, c’est une faute importante, mais que ce soit la plus grosse sanction de la saison, c’est démesuré.”

Bouton retour en haut de la page