PSG NewsRevue de presse

Revue de presse PSG : Strasbourg, L1, Icardi, Ruiz-Atil, Mbappé, Kimpembe…

Vu et lu au sujet du PSG dans la presse hexagonale ce samedi 10 avril 2021, jour de match (piège) de Ligue 1 (32e journée) à Strasbourg (13e), trois jours avant le quart de finale retour de Ligue des champions contre le Bayern au Parc des Princes. Aujourd’hui, ce sera sans huit éléments : Marquinhos (adducteurs), Abdou Diallo (malade), Mauro Icardi (cuisse), Layvin Kurzawa (mollets), Marco Verratti, Alessandro Florenzi (Covid), Juan Bernat (reprise) et Neymar (suspendu).

L’AFP voit “une parenthèse de Ligue 1 aussi décisive dans la course au titre que périlleuse pour une équipe qui a du mal à enchaîner. Pour le PSG, le match d’après, c’est grand danger. Il a perdu les trois dernières rencontres (Lyon, Monaco, Nantes) qui ont suivi un rendez-vous européen (Basaksehir, Barcelone deux fois). Aujourd’hui, le PSG traîne ces revers comme un boulet, dans une course au titre ultra serrée avec Lille, Monaco et Lyon, où chaque point vaut cher.

“Et pourquoi pas ?”, se dit le journal Dernières Nouvelles d’Alsace. “Rasséréné par son succès pascal à Bordeaux, le Racing dispose d’une occasion en or de faire parler de lui autrement qu’à travers sa lutte harassante pour le maintien. Si les Bleus accrochent un PSG en transit entre deux sommets européens, ce samedi à la Meinau, ils seront mis en pleine lumière.”

“La saison nous rend tous un peu dingues, écrit Le Parisien. “Parce que cerner ce PSG est mission impossible au cœur d’une période de crise sanitaire inimaginable. Le lundi, on se demande comment Paris pourrait l’emporter face au grand Bayern sans Verratti et des latéraux plus solides. Le mercredi, cette équipe, emmenée par un gardien aux mains de Dieu et deux stars aux pieds d’or, repart de Bavière avec un glorieux succès (3-2) dont on aura tous oublié les circonstances dans 20 ans. Et nous voici samedi, pour la reprise du quotidien de la L1, à questionner l’intérêt réel d’un match à Strasbourg et les détails qui l’accompa­gnent. Le championnat, d’ailleurs. Où en sommes-nous des débats ? Une compétition accrochée comme celle de cette saison est-elle toujours un avantage ? Le PSG n’aurait-il pas signé pour avoir 10 points d’avance et se relâcher pour ce déplacement en Alsace ? Au milieu de tous ces problèmes insolubles, même Pochettino semble perdu. Voilà le paradoxe parisien du jour : trouver un onze assez fort pour continuer la lutte derrière Lille, tout en prenant soin des meilleurs éléments. Le staff a tranché hier. Mais quid de Mbappé, Kimpembe ou Navas, alors que Pochettino qualifie le RCSA d’équipe «très physique» ?”

Le PSG va donc devoir gérer les temps de jeu de certains cadres dans l’optique de mardi, souligne également L’Equipe. “Très sollicités ces derniers temps, il serait plus raisonnable que Mbappé et Kimpembe soufflent, mais ils pourraient malgré tout jouer”, lit-on. En outre, il est question de l’avenir de Mauro Icardi (28 ans). Ses “agents ont entamé des démarches pour le faire quitter le PSG cet été. Du côté du club, on ne semble pas s’opposer à son départ, écrit Arnaud Hermant. Avec un salaire proche des 10M€ brut annuels, les candidats susceptibles de l’accueillir en Serie A ne sont pas nombreux : la Juventus et l’AS Rome, toutes deux à la recherche d’un buteur. La Premier League dispose aussi d’arguments pour le séduire. L’opération ne sera pas simple à finaliser car le PSG va vouloir récupérer au moins ce qu’il a payé à l’Inter (50M€). En cas de négociations avec la Juventus, un joueur comme Paulo Dybala, en fin de contrat en 2022, pourrait être inclus dans la transaction. Si le PSG ne semble pas s’opposer à un transfert d’Icardi, c’est aussi parce qu’il libérerait de la masse salariale pour recruter (Kean) et/ou prolonger Mbappé et assumer l’augmentation de salaire qui ira avec.”

Enfin, il est question de Kays Ruiz-Atil (18 ans), en fin de contrat, devenu invisible à cause de ses intentions de départ du PSG. Les Niçois lui ont proposé un bail de longue durée (5 ans), mais il étudie également d’autres pistes, explique le journal sportif. Nantes, Bordeaux et Montpellier le suivent. La Juventus le suit mais davantage pour le faire signer et le prêter ensuite. Ce n’est pas tellement ce que cherchent le joueur et son entourage. Son père Radouan, qui l’a pris en main avec un préparateur physique personnel après que le PSG l’avait renvoyé début février avec U19, espère un véritable «projet club» pour son fils. Des contacts sont aussi initiés avec un club allemand.

Bouton retour en haut de la page