BilletBlogsPSG News

Blog PSG – “Pitié TV5 Monde, rendez-nous Didier Roustan !” Par Didier Aubert

Hier, le PSG s’imposait 3-1 à Metz. Une rencontre que certains ont subi plus que vécu. Nous pensons à ceux qui étaient devant la chaîne TV5 Monde car le journaliste Stéphane Pauwels était au micro. Pour le pire et le pire. Didier Aubert nous le raconte avec brio.

Pitié TV5 Monde, rendez-nous Didier Roustan !” Par Didier Aubert

Ancien journaliste, père de famille, adepte de la zen attitude façon Confucius («ton pied au cul, même à ton pire ennemi tu ne mettras», Confucius citant Lao Tseu, aphorisme circa 500 av. JC) j’avoue avoir un peu perdu mon flegme ce samedi matin devant le match FC Metz-PSG.

Oui, tu as bien lu, ce samedi matin, car comme bon nombre de supporteurs du PSG résidant pour X raisons à l’étranger, nos horaires de matches sont assez décousus.

C’est donc depuis Toronto (Canada), que je me suis installé sur les coups de 11h00 pour espérer voir les Rouge & Bleu continuer leur sans-faute obligatoire en vue de ramasser un 10ème titre de champion de France.

J’avais le choix entre BeIn Sport Canada et TV 5 Monde pour suivre ce match en direct, et comme souvent, j’optais pour la chaîne diffusée en français afin de retrouver les commentaires d’ordinaire si perspicaces de Didier Roustan (erreur, grossière erreur, je m’en rendrais compte plus tard).

Après ses trois premières années passées en Afrique, Didier Roustan a grandi à Cannes. Difficile dans ces conditions de lui trouver quelque accointance avec le PSG, lui qui d’ailleurs revendique clairement son passé sudiste. Néanmoins il reste, à mon avis, très apprécié des supporteurs parisiens et des supporteurs en général car il fait preuve d’un grand professionnalisme et d’une honnêteté à toute épreuve. Passé par TF1, France 2, Canal+, officiant aujourd’hui sur la chaîne l’Équipe, le fondateur de Foot Citoyen ouvre rarement le robinet d’eau tiède lorsqu’il s’agit de parler football, en vrai passionné. À ce titre, les matchs du PSG qu’il commente pour TV 5 Monde sur ce créneau du samedi 17h00 sont un modèle du genre. Quand il s’agit d’admonester les partenaires de Neymar ou le club parisien, Didier Roustan ne s’en prive généralement pas. Quand il faut fustiger leurs adversaires, un arbitrage parfois contestable, un PSG bashing très à la mode, il ne se gêne pas non plus. Fair. Avec en plus une pointe d’humour et de décontraction, ce qui ne gâche rien.

Mais revenons à ce Metz-PSG. Canal 602 donc. TV 5 Monde.

Aïe, ça commence mal. De Didier Roustan point, le Cannois est remplacé par l’indécrottable Stéphane Pauwels. Oui, oui, le Belge mis en orbite en «Seumatosphère» depuis une certaine demi-finale de Coupe du Monde. Hum… Le gars déjà notoirement anti-PSG allait se présenter au micro en pleine descente de seum, ça n’augurait rien de bon.

Effectivement on allait pas attendre très longtemps pour entendre l’artiste au meilleur de sa forme et évidemment, le premier à payer dans ce contexte fut Kylian Mbappé : «un gros coup de chance son but… regarde il l’a prend du tibia, quelle erreur défensive (…) J’voudrais pas dire mais pour moi Mbappé il est inexistant dans cette première mi-temps». N’importe quel observateur aurait noté les nombreux retours de Mbappé pour venir défendre et récupérer des ballons, noté aussi que depuis quelques semaines le joueur est au taquet, chirurgical, et se sent comme investi d’une mission en cette fin de saison… mais non.

Petit florilège des commentaires hallucinants que l’on aura pu entendre tout au long de ce match, ce qui ne sera sans doute pas loin de constituer une master-classe de mauvaise foi et de malhonnêteté pour ce pseudo-journaliste d’Outre-Quiévrain. Disons-le franchement, il se sera permis de dégueuler son aversion pour notre club et ses joueurs pendant 1h30 sur une chaîne publique. Un pur scandale.

Péremptoire : «Bayern-PSG : ils ont de la chance PSG y’avait pas Lewandowski, parce que ce match au Bayern 1000 fois tu le joues, jamais tu le gagnes… alors un peu d’humilité hein! En plus y avait pas de public dans les stades.»

Ah ouais, quand même.

Connaisseur : «Le parcours du PSG en CL : pas terrible, le Barca c’est nul cette année, le Bayern ils ont de la chance… mais De Bruyne va revenir».

Arbitre à ses heures : «Y’a rien du tout sur Mbappé, pas de penalty, relève-toi, ça j’aime pas du tout chez ce joueur (…) mais qu’est-ce qu’il a là Mbappé il glisse tout seul, pfff… y’a rien (…) et les Parisiens là ils tombent tous en criant comme si ils étaient morts (x2, x3…) (…) c’est rouge sur Verratti (…) mais c’est rouge sur Sarabia, regardez-le, il pousse le gardien c’est pas du tout en bout de course (…) sévère ce carton jaune pour le messin, je suis désolé les cartons c’est pour tout le monde…». Et l’on passe sur la litanie de conneries entendues, toujours à sens unique.

Presque lucide… mais finalement faux-cul : «je dis des choses sur le PSG, mais je voudrais pas qu’on pense que… en fait c’est parce que j’aime bien quand les petites équipes font des performances!». Véridique. On attend avec impatience le prochain Belgique-Andorre.

Bref, difficile de consigner ici toutes les énormités déblatérées par ce triste clown ou même seulement de retranscrire le ton haineux qui aura suinté de son orifice buccal pendant toute la rencontre. Une prestation tout simplement pitoyable et malhonnête qui aura sans doute interpellé bien au-delà des supporteurs du PSG.

Je ne suis pas du genre à me lamenter. Bien au contraire, j’essaie d’avoir un regard lucide sur notre club et prend les critiques avec discernement, en amoureux des échanges de points de vue et des joutes verbales. J’en ai entendu des vertes et des pas mûres depuis 1974, mais là on a vraiment atteint des sommets de mauvaise foi et de médiocrité intellectuelle concentrées.

Pardon Confucius, mais en ce samedi soir, j’ai vraiment la sensation qu’il y a des coups de pied au cul qui se perdent.

Didier Aubert

Bouton retour en haut de la page