Champions LeagueOpinionPSG News

Ménès : “Il me tarde de voir Mbappé en action avec Neymar et Di Maria !”

Le Paris Saint-Germain a largement dominé le FC Bruges ce mardi et caracole en tête de son groupe en Ligue des Champions (0-5). Malgré des difficultés dans les 50 premières minutes, les Parisiens ont réussi à faire la différence grâce à une entrée exceptionnelle de Kylian Mbappé. Dans son blog, le journaliste Pierre Ménès a voulu mettre en avant la prestation du numéro 7 parisien tout en pointant du doigt les difficultés affichées par les Rouge et Bleu.

Après cette démonstration du PSG sur la pelouse de Bruges, on peut faire deux lectures de ce match. La première c’est que, jusqu’à la 52e minute, on a vu un PSG très moyen, qui produisait l’une de ses plus vilaines copies en Ligue des Champions. Un PSG doté d’une attaque bancale, avec un seul joueur prenant la profondeur et encore, c’est relatif avec Di Maria (…) et puis il y a la deuxième lecture, au moment de l’entrée de Mbappé. 

Car c’est à partir de là que le match a totalement basculé. En 38 minutes de jeu, il a planté un triplé – un but du droit, un du gauche et un de la tête – et délivré une passe décisive pour Icardi. (…) Mbappé a détruit la défense belge, bien aidé par un Di Maria encore très inspiré, rayonnant dans le jeu et auteur de trois passes décisives dont la dernière, cet exter’ pied gauche pour l’attaquant français, est absolument somptueuse. (…) Mais on a vu que le PSG a grand, grand besoin de lui et personnellement, il me tarde de le voir en action avec Neymar et Di Maria. (…)

Voilà Paris idéalement placé avec neuf points et une différence de +9 au compteur. Le club de la capitale est plus que bien parti pour la qualification et pour la première place du groupe. Le seul bémol dans ce match, ce sont les deux nouveaux pépins musculaires que Tuchel doit déplorer, Herrara aux adducteurs et Meunier aux ischios. Deux joueurs qui manqueront face à l’OM dimanche. Mais le boulot a été parfaitement fait, avec deux visages distincts : un PSG qui sait subir quand il n’est pas très adroit ni très bien outillé offensivement, et un PSG qui survole les matchs quand l’un de ses attaquants de classe mondiale est sur le terrain.

Bouton retour en haut de la page