PSG NewsRevue de presse

Revue de presse PSG : Pochettino, Neymar, Nike, accusations, Hakimi…

Vu et lu au sujet du PSG ce vendredi 28 mai 2021, au matin, dans les médias : Mauricio Pochettino. Car “Paris a été secoué ces dernières heures par de multiples informations concernant un départ de son entraîneur” à Tottenham, observe L’Equipe. Dans l’entourage de Pochettino (sous contrat encore pendant deux ans avec le PSG avec un salaire de 900.000 € brut par mois), on repoussait vivement, hier, tout échange avec le président des Spurs, Daniel Levy. “Pour étayer la thèse d’un possible départ, certains médias faisaient état hier d’une lassitude ressentie par Pochettino depuis plusieurs semaines. Avec des relations fraîches avec Leonardo. Sur l’impression générale ressentie, une donnée est claire : l’Argentin ne s’attendait pas à autant de difficultés. Sa surprise est venue de certains dysfonctionnements quotidiens du club. De là à lui donner des envies de départ ? Le fait qu’il reste à l’hôtel sans chercher de maison pour faire venir sa famille a pu jeter le doute en interne sur ses intentions“, peut-on lire dans le journal sportif. “Mais sur ces derniers jours, il n’a pas renvoyé l’image d’un technicien sur le départ. Il a ainsi donné une longue interview au site du PSG où il se projette. Et a participé à plusieurs réunions de travail concernant le mercato (en désignant des profils) et la planification de la préparation. Ses adjoints ont, eux, emménagé. Sur ses relations avec Leonardo, elles sont apparues, dans un premier temps, fluides. Pochettino faisait part récemment, en privé, d’une forme d’incompréhension sur certains points mais pas de là à évoquer des relations conflictuelles. Hier, au PSG, “on ne voulait pas donner de crédit à ce qui était perçu comme de l’agitation.” Et puis “impossible d’imaginer les dirigeants qatariens, toujours soucieux de leur image, faciliter un départ. Une forte indemnité serait demandée.”

“Le PSG et Pochettino peuvent-ils (déjà) se séparer ?” titre Le Parisien. “Personne ne peut être certain que l’Argentin sera encore le coach du PSG le 5 juillet, date de reprise de l’entraînement”, écrit le journal francilien qui affirme que  Daniel Levy et Mauricio Pochettino discutent bien d’un éventuel retour à Londres. “Le technicien ne ferme pas la porte à cette idée. Il serait déçu de ses premiers mois dans la capitale, avec en particulier une relation tourmentée avec Leonardo. Au club, aucun joueur n’a été averti d’un départ par l’intéressé lui-même ou par la voix d’un membre de l’état-major. À la Factory, il n’y a pas de sujet Pochettino. D’ailleurs, lundi, il travaillait encore avec les dirigeants aux contours de l’équipe de la saison prochaine. Achraf Hakimi, d’ailleurs, latéral droit de l’Inter, aurait été érigé en priorité.” En outre, En privé, Leonardo “n’a jamais caché sa satisfaction d’avoir changé d’entraîneur, se réjouissant désormais d’une situation apaisée au club. Il se dit très content du travail de l’Argentin. Pour le PSG, son départ est jugé comme impossible.

Ce matin, c’est un article du Wall Street Journal (WSJ) qui fait parler. Il implique Neymar et Nike, l’équipementier du PSG qui n’est plus celui de Neymar depuis 2020. Une séparation sans justification. Jusqu’à maintenant. “Nike a mis fin à son partenariat avec le sportif parce qu’il a refusé de coopérer dans une enquête de bonne foi sur des allégations crédibles d’actes répréhensibles formulées par une employée“, a déclaré l’équipementier dans un communiqué transmis dans la nuit de jeudi à vendredi, confirmant une information du WSJ, rapporte l’AFP. Le coeur de l’affaire : Une employée a confié à des amis et des collègues que Neymar avait essayé de la forcer à pratiquer une fellation en 2016, alors qu’elle se trouvait dans sa chambre d’hôtel à New York. L’enquête n’a pas été concluante“, précise Nike. “Aucun ensemble de faits n’a émergé qui nous permettrait de nous prononcer sur le fond de l’affaire. Il serait inapproprié pour Nike de faire une déclaration accusatrice sans être en mesure de fournir des faits à l’appui.” En outre, Nikea respecté le désir initial de l’employée de garder cette affaire confidentielle et d’éviter l’ouverture d’une enquête.” Contactée par le journal, la porte-parole de Neymar a expliqué qu’il “se défendrait vigoureusement contre ces attaques sans fondement au cas où une quelconque allégation serait présentée, ce qui n’est pas arrivé jusqu’à présent.” Et elle a ajouté que les deux parties s’étaient séparées pour des raisons commerciales. L’ancien agent de Neymar, Wagner Ribeiro, a tweeté sur le sujet pour dénoncer des manœuvres de l’équipementier américain avec cette “histoire machiavélique” d’une accusation d’agression sexuelle pour rompre le contrat avec le joueur. Neymar est désormais chez Puma qui lui verse 25M€ par an.

Bouton retour en haut de la page