AnciensPSG News

Sébastien Cibois : “Je suis content pour Areola car il est dans le meilleur club du monde”

Ce fût une révolution au poste de gardien but au Paris Saint-Germain cet été. Pas moins de trois nouveaux portiers sont arrivés dans la capitale lors du dernier mercato (Marcin Bulka, Sergio Rico et Keylor Navas) tandis que cinq ont fait le chemin inverse. Gianluigi Buffon est revenu à la Juventus Turin, Kevin Trapp a lui été transféré définitivement à l’Eintracht Francfort (contre 10 millions d’euros), Alphonse Areola a été prêté pour une saison au Real Madrid et le “titi” Rémy Descamps est lui parti du côté de Charleroi.
Un autre jeune du centre de formation a lui résilié son contrat, c’est Sébastien Cibois avec qui il restait deux années de contrat avec les Rouge et Bleu.
Le portier de 21 ans, sans club, est revenu pour RMC Sport sur sa situation et ses années au Paris Saint-Germain. Extraits choisis.

Sa situation

Oui j’ai résilié avec le PSG à 23h30 le 2 septembre et depuis je m’entretiens physiquement, en attendant de retrouver un club. Je m’entraîne avec l’ACBB (Boulogne-Billancourt) pour faire des spécifiques gardien de but. 
Pourquoi avoir résilié ? On avait un accord pour arrêter. Ils ne voulaient pas que je continue comme troisième gardien, et moi non plus. Je voulais jouer un peu plus haut. J’ai fait un an et demi en réserve (N2) donc j’estimais que j’avais fait mon temps. La réserve a été supprimée d’ailleurs, mais même s’il y avait encore une équipe réserve au PSG, je ne serais pas resté. J’aurais pu être prêté, mais je n’ai pas eu cette opportunité. 

Sa réaction sur la fin de la réserve au PSG :

Pour moi, ça n’a pas eu un énorme impact car je savais que je n’allais pas continuer en réserve. Pour les U19 de cette saison en revanche, il faudra trouver un autre club la saison prochaine pour aller prendre de l’expérience. Ce n’est pas une bonne chose pour eux de ne plus avoir de réserve. En U19, c’est dur d’être prêt à monter directement en pro. C’est bien de faire une année en réserve pour prendre de l’expérience. 

Des bons souvenirs de ses années PSG ?

De très bons souvenirs… Ma formation, mes coéquipiers, mes amis… ces dernières années en pro qui ont été extraordinaires. Je n’ai rien à regretter. 
Même de ne pas avoir joué du tout la saison dernière ? Si c’est vrai. Je pense que j’aurais eu plus de visibilité aussi pour trouver un club derrière. J’étais sur le banc au dernière match. Thomas Tuchel et l’entraîneur des gardiens m’avaient dit que je devais rentrer. Ça ne s’est pas fait car on était en train de perdre. Mais on était déjà champions. Ils auraient quand même pu me faire jouer quelques minutes.

Sa relation avec Areola et Buffon :

Alphonse est devenu un très bon ami. On s’entendait déjà bien parce qu’on avait déjà fait six mois ensemble. Gigi est arrivé ensuite. C’est la grande classe, un grand homme. On avait une complicité extraordinaire tous les trois. On travaillait très dur à l’entraînement mais on savait rigoler. On ne peut que grandir avec eux. Même l’entraîneur des gardiens était super. On était une famille avec lui (…) Ils ont tout changé. Après, ils n’ont jamais vraiment donné la chance à Alphonse d’être numéro 1. Bien installé. Pour la confiance, ce n’est pas le mieux. C’est leur choix, ils décident. Mais je pense que ce n’est pas la meilleure solution. 

Tout va vite dans le football :

Oui, ça va très vite dans un sens comme dans l’autre. J’étais troisième gardien au PSG, je n’ai pas de club et je suis en difficulté aujourd’hui. J’espère simplement que ma situation va se décanter rapidement. Pour Alphonse, je suis content car, pour moi, il est dans le meilleur club du monde. Il m’a appelé juste avant de signer à Madrid en me disant: ‘soit je suis numéro 2 au PSG, soit je suis numéro 2 au Real’. Je lui ai dit qu’il n’avait même pas à se poser la question. Au Real, il aura peut-être sa chance d’être numéro 1.

Bouton retour en haut de la page