Ligue 1PSG News

Payet : “Je ne regrette pas du tout d’avoir chambré le PSG, j’aimerais même continuer”

La lutte pour le titre de champion de France s’annonce plus âpre que de coutume. Avant la 15e journée, les favoris se tiennent. Le PSG est ballotté. Mais l’Olympien Dimitri Payet (33 ans) ne veut pas avoir pour ambition la première place, même si avec deux matches à jouer, contre Lens et Nice, Marseille est virtuellement leader de la Ligue 1 Uber Eats. “Parle t-on du titre ? Non, ce n’est ni le moment ni l’objectif fixé. On est au mois de décembre, il reste une deuxième partie de saison à faire”, commente le joueur de l’OM dans L’Equipe. “On est bien placés pour savoir qu’en étant champions d’automne, on peut ne pas l’être à la fin (référence à 2014). Les allusions de Villas-Boas ? Il dit que si ce n’est pas le PSG, ça sera quelqu’un d’autre, et si ça peut être nous, c’est bien. Mais aujourd’hui, dire qu’on est à la bataille avec Paris, non. En tout cas, cette année, le Championnat est serré. Je vois Lille très costaud aussi.

Chacun se souvient des chambrages de Dimitri Payet aux dépens du PSG, notamment après la finale de la Champions League perdue contre le Bayern (1-0). Cette compétition continentale où l’OM a battu cette année le record de défaites consécutives (13, en hommage aux Bouches-du-Rhône). “Est-ce que je regrette les chambrages faits au PSG ? Pas du tout. J’aimerais même continuer. Ça fait partie du jeu, il ne faut pas le prendre au premier degré. Mais je me suis rendu compte d’une chose : ce n’est pas le PSG qui m’a répondu, même si Presnel (Kimpembe) l’a fait de bonne guerre en conférence de presse. Non, ma surprise, c’est qu’il y ait autant de supporters de Paris dans les médias. Après, quand on est chambreur comme moi, si tu es susceptible, t’es mal. Parfois, ça va un peu loin. Mais c’est parce que c’est l’OM, c’est moi. Je l’accepte. Je sais encaisser. Des joueurs du PSG chauds pendant le Classico ? Oui. Je me suis réveillé le lendemain avec des douleurs aux chevilles, oui. Je ne pensais pas qu’un tweet pouvait les faire dérailler comme ça. Tant mieux, ça nous a permis de prendre trois points là-bas.” No comment.

classement
Bouton retour en haut de la page