Ligue 1PSG News

Genesio : “Il y a toujours une atmosphère particulière lorsqu’on évolue contre le PSG”

Toujours en course pour remporter le titre de champion de France, le PSG se déplace sur la pelouse du Stade Rennais ce dimanche soir (21h sur Canal Plus) en clôture de la 36e journée de Ligue 1. À trois journées de la fin, les Rouge et Bleu comptent un point de retard sur le leader lillois (76 pts). De son côté, le Stade Rennais (7e) peut toujours croire à la 5e place qualificative pour la Coupe d’Europe. Et à deux jours de cette rencontre entre les deux formations, l’entraîneur rennaisBruno Génésios’est présenté en conférence de presse. Une rencontre qui se disputera sans Adrien Truffert (adducteurs), Steven Nzonzi (suspendu), Eduardo Camavinga (suspendu) et Jonas Martin (cheville). Extraits choisis.

Les absences de Nzonzi et Camavinga

Genesio : “Il y a deux façons de voir les choses. Se lamenter sur notre sort en se disant qu’il manque deux cadres importants et internationaux. La deuxième façon, on met en avant l’esprit de groupe et c’est aussi une manière de montrer qu’il y a de la réserve. Pour les joueurs qui ont eu moins de temps de jeu, il y a la possibilité de se montrer en plus face à une grande équipe qui joue le titre. C’est aussi là qu’on voit les équipes et les joueurs de caractère. Ça fait partie des aléas à gérer dans une saison mais j’ai pleinement confiance en ceux qui débuteront et qui rentreront en cours de jeu pour avoir un résultat positif à la fin de ce match.”

Est-ce que ça reste un exploit de battre le PSG, malgré leurs 8 défaites en L1 cette saison ?

Genesio : Non, je ne dirais pas un exploit. C’est une grande équipe avec des grands joueurs. Ils ont encore atteint les demi-finales de Ligue des champions. C’est même un peu dévaloriser car on s’imagine que c’est facile d’aller en finale et de gagner la Champions League. Quand on voit que City va faire une première finale depuis très longtemps, donc on voit la difficulté d’atteindre une finale de Champions League. Même si le PSG a été éliminé en demi-finales, ça reste une des très très grandes équipes européenne avec des joueurs qui ont un talent extraordinaire. Je pense que sur un match on est capables de les inquiéter et les battre. Il faudra évidemment être à 110-130% de nos possibilités. Mais c’est dans ces moments où on voit qu’on est capables de se transcender et d’élever notre niveau. Parce que il faudra élever notre niveau dans tous les domaines et faire un vrai match de Champions League.”

Un PSG touché par l’élimination ou revanchard ?

Genesio : “Ni l’un ni l’autre. Ce sont des grands joueurs et ils savent se remettre en question tout de suite, que ce soit après une élimination ou même une qualification. Ils ont l’habitude de jouer tous les trois jours et de se remettre en question tous les trois jours. Ils seront présents, à nous d’être aussi à la hauteur de l’évènement (…) Il reste au PSG encore deux objectifs très importants : le titre et la Coupe de France. Honnêtement, il n’y a rien de déshonorant à faire la saison qu’ils sont en train de faire. La Ligue des champions, c’est la compétition la plus difficile qui existe. De se faire sortir par City en demi-finale c’est une grosse déception mais je n’estime pas que ce soit une contre-performance car en face il y a aussi une grande équipe.”

Stimulant pour un coach de préparer un match face au PSG ?

Genesio : “Oui, on prépare tous les matches sérieusement mais c’est vrai qu’il y a toujours une atmosphère particulière lorsqu’on évolue contre le PSG parce que c’est l’équipe la plus forte du championnat, avec les plus grands joueurs. Forcement, il y a un éclairage autour de ce match qui est différent des autres rencontres. C’est toujours motivant et excitant de préparer ces matches, mais on les prépare avec le même sérieux.”

Quelle tactique face au PSG ?

Genesio : Mettre le bus, ce n’est pas ma philosophie. Je ne pense pas que ce soit comme ça qu’on ait le plus de chance de battre Paris. Evidemment, il faudra être très rigoureux et très bien défendre parce qu’il y a de grande chance qu’ils aient la possession. Mais il faut aussi être capable de jouer notre jeu quand on en aura l’occasion et de leur poser des problèmes.”

Bouton retour en haut de la page